03282017Headline:

Togo : l’émouvante lettre laissée par le douanier qui s’est pendu! Lisez la note qui fait pleurer…

pendu

Le 10 août 2016, M. Clément douanier de son état s’est pendu dans sa chambre. Son corps sans vie a été découvert par sa femme le lendemain de retour du village avec leur nouveau-né de 6 mois.

Une note écrite par le douanier avant sa mort a pu situer les uns et les autres sur les réels motifs de son agissement. Elle est remplie d’émotion après lecture.Car, M Clément refuse qu’il soit enterré par une délégation de douaniers, mais plutôt sa famille. Il a présenté des excuses à ses enfants:

Le défunt douanier ne veut pas qu’on l’enterre dans un cercueil, mais, qu’il soit  enroulé dans un linceul. Et  d’ajouter: pas besoin d’organiser une veillée avant d’indiquer où il doit être enterré.

Lisez la note.

“Mes derniers vœux”, ( à ne pas négliger)
1- Je voudrais être enterré 05 jours après mon décès.
-N’importe où sauf à Kpatéfi (Tsévié)
-A Blitta c’est mieux
2- Sans cercueil, seulement enroulé dans un linceul. Sans veillée.
3- Je veux être enterré par ma famille et non une délégation de douaniers. Et surtout pas de cotisation de douaniers (c’est de mon vivant que j’avais besoin d’argent).
4- Ne doivent pas mettre pied dans le deuil:
-Notre tante Mana,
-Le mari de ma petite sœur Yoyo (Ezer),
-Tous mes collègues qui savent qu’ils ne me portent pas dans leur cœur.
Je suis venu nu, je voulais repartir nu. Mais avant tout, je demande pardon à tous ceux que j’aurais offensés. A mes parents et à ma famille, je demande pardon.
A mes chers enfants, vous ne comprendrez peut-être pas ce que j’ai enduré, ce qui m’a poussé à prendre cette décision quelque méchante qu’elle soit, mais je vous demande pardon pour tout. J’ai toujours voulu vous mettre à l’aise, mais dommage.
Je suis fatigué ! Fatigué d’espérer en vain. J’ai raté le coche très tôt, alors je suis fatigué de chercher à me rattraper. Inutile.

Ma mort va faire très mal, mais vous devez faire avec. Pleurez si vous voulez ! Oui, si vous voulez. Mais que chacun se pose la question suivante : Aurai-je pu l’aider ?

Qui aime la mort ? Personne n’est-ce pas ? Je n’aurai jamais choisi le suicide si j’avais un peu de soutien de la part de mes collègues, mes amis, mes parents (pauvres) ou surtout de mes chefs. (Depuis février que j’ai commencé à avoir des problèmes et que je ne vais plus au service jusqu’à cet instant où j’écris ces lignes, aucun chef n’a daigné savoir ce que j’avais comme problèmes et où j’étais). C’est la vie . Seul M. Kagbara l’a fait.
M. Adedze
M. Kpakpadja
M. Ekpe
Mm. Siliadin
Je ne viendrai plus vous déranger de m’aider.
Au revoir à tous.
Signature,
Dzréké K. Clément

La lettre du douanier avant sa pendaison

  Yao Junior L.                              

afrikmag                                                                                                       

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment