12082016Headline:

Tunisie -Marche contre le Terrorisme: des chefs d’Etat africain de «Charlie» à Paris, mais fantômes à Tunis

chef d'etat charlie

Une marche contre  le terrorisme s’est déroulée dimanche à Tunis «contre le terrorisme». A côté du Président tunisien, Béji Caïd Essebsi, les chefs d’Etat français François Hollande, italien Matteo Renzi et algérien Abdelmalek Sellal ont pris part à la marche. Excepté le Gabonais Ali Bongo, des Présidents qui avaient marché le 11 janvier dernier à Paris contre l’attentat de Charlie Hebdo, ont brillé par leur absence à Tunisie.

Plusieurs chefs d’Etat africains, comme le Sénégalais Macky Sall, le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Béninois Yayi Boni, ou le Malien Ibrahima Boubacar Keïta, le Togolais Faure Gnassingbé avait pris à la manifestation de Paris du 11 janvier dernier. Avec d’autres chefs d’Etat occidentaux, ces Présidents africains avaient manifesté contre l’attentat du journal satirique Charlie Hebdo, qui avait causé la mort d’une vingtaine de personnes, après des caricatures sur le prophète Mohameth.  La marche de Tunis a réuni une importante foule rejointe par des dirigeants étrangers et se déroulait  en réaction à l’attentat sanglant du musée du Bardo, juste après l’annonce de la mort du chef du principal groupe jihadiste de Tunisie. L’attentat a fait plus de 20 morts.

Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi était accompagné par ses homologues français François Hollande, gabonais Ali Bongo et palestinien Mahmoud Abbas, ainsi que par les chefs des gouvernements italien Matteo Renzi et algérien Abdelmalek Sellal.

Cette marche rappelle celle organisée en janvier après les attentats de Paris. Pour les manifestants, la Tunisie est intouchable. Les dirigeants ont marché sur une centaine de mètres dans un périmètre complètement bouclé par des centaines de policiers munis d’armes automatiques. Des hélicoptères survolaient la zone tandis que des tireurs d’élite étaient postés sur les toits.

En dehors du Président gabonais, Ali Bongo qui a répondu présent à l’appel du président tunisien, les chefs d’Etat africains ont brillé à cette manifestation par leur absence.

Alors qu’ils se sont massivement déplacés sur Paris en janvier pour témoigner leur solidarité au président français. Ibrahima Boubacar Keïta, le chef de l’État malien et le nigérien Mahamadou Issoufou, sont alliés majeur de la France dans la lutte contre le terrorisme. Si la participation à la marche de Paris avait suscité indignation de plus d’un, les Présidents africains n’ont pas su saisir l’occasion de la marche de Tunis pour rectifier le tir. Leur absence démontre clairement qu’ils s’étaient déplacés à Paris juste pour arranger leurs relations avec les autorités françaises.

© OEIL D’AFRIQUE

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment