09282022Headline:

Une “faune partie en fumée” après des gigantesques incendies dans le nord-est de l’Algérie

Des incendies ont dévasté mercredi et jeudi une partie du nord-est de l’Algérie, faisant au moins 38 morts. Maisons calcinées, animaux morts brûlés : des images publiées sur les réseaux sociaux témoignent de l’ampleur des ravages causés par ces feux de forêts. Alors que les secours tardaient à arriver, de nombreux citoyens se sont mobilisés face aux incendies, explique un bénévole du Croissant-Rouge.

Vendredi 19 août, les incendies étaient totalement maitrisé, a annoncé Farouk Achour, sous-directeur de l’information et des statistiques à la Protection civile. 

Au moins 38 personnes , dont 10 enfants , ont trouvés la mort dans ces incendies, selon un bilan du ministère de l’Intérieur. La même source a indiqué que plus de 800 hectares de forêts et 1 300 hectares de broussaille ont été touchés par les flammes.

Dans les wilayas les plus touchées, El Tarf et Sétif, des feux de forêt gigantesques se sont étendus jusqu’aux agglomérations, mercredi 17 et jeudi 18 août. Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent l’étendue des flammes dans ces régions.Au moins 350 familles ont fui leur maison dans la wilaya de Souk Ahras, juste au sud d’El Tarf, où 45 personnes souffrent de brûlures et plusieurs maisons ont été ravagées par les incendies.

Des habitants se sont portés volontaires auprès des pompiers et des secours, comme Ahmad Braïkia qui est bénévole au Croissant-Rouge d’El Tarf. Il a diffusé en direct sur son compte Facebook des images des dégâts causés par les feux. Contacté par la rédaction des Observateurs, il explique : 

 “Environ 80 % à 90 % de la faune de la wilaya du Tarf est partie en fumée”

Jeudi 18 août, des convois humanitaires de croissant- rouge ont en outre été dépêchés à El Tarf. 

De nombreux habitants et internautes estiment que les autorités n’ont pas réagi assez vite face aux incendies, rappelant le lourd bilan des pertes humaines. La plupart des victimes ont été prises au piège par les flammes dans le parc zoologique d’El Kala, dans la wilaya d’El Tarf. Huit d’entre elles ont été retrouvées mortes dans un autocar cerné par les flammes, selon la direction du parc. Les employés du parc ont dû eux-mêmes aider les victimes à se dégager du véhicule en flammes, en l’absence de pompiers qui tardaient à arriver, ont indiqué des témoins. 

“Les forêts sont affaiblies, épuisées”

Rafik Baba-Ahmed, ancien directeur du parc d’El Kala, est spécialiste de la conservation naturelle. Dans une vidéo publiée le 19 août sur Twitter, il décrit une “tornade de feu” qui s’est abattue sur la ville et a embrasé le parc en quelques secondes.“La lutte pour protéger les forêts aurait dû commencer il y a une trentaine d’années, il aurait fallu prendre des mesures pour sauver et restaurer ce qui aurait pu être sauvé. Aujourd’hui, les forêts sont affaiblies, épuisées, et l’Homme ne sait pas comment les défendre contre ces catastrophes. Il faut une volonté politique, des moyens techniques plus avancés et une éducation sociale et culturelle pour comprendre la nécessité de sauvegarder le patrimoine forestier”, dénonce-t-il.

Ces incendies de forêt ont été propagés par les fortes chaleur, ayant atteint 47 °C cette semaine, et les vents chauds soufflant du Sahara. Le ministère de la Justice a en outre indiqué avoir ouvert une enquête pour déterminer si elles étaient d’origine criminelle, suite à des déclarations du ministre de l’Intérieur selon lesquelles “certains des incendies ont été provoqués”.

En août 2021, la région de Kabylie, dans le nord du pays, s’était embrasée dans des conditions climatiques similaires. Les incendies, d’origine criminelle selon le ministère de l’Intérieur, avaient fait plus de cent morts et ont rasé 100 000 hectares de végétation .

Comments

comments

What Next?

Recent Articles