L’Afrique du Sud est secouée, depuis plusieurs jours, par des violences xénophobes notamment dans la ville de Durban, dans l’est du pays. Des heurts qui ont gagné la grosse agglomération de Johannesburg.

Les violences ont démarré par le pillage d’échoppes tenues par des étrangers, des attaques qui ont fait au moins six morts, dont un Ethiopien brûlé vif dans sa maison, à Durban.

“Faire leurs bagages et quitter le pays”

Le prince Thulani Zulu, leader traditionnel de 12 millions de Zoulous sud-africains, a cherché, mercredi 15 avril, à apaiser les tensions, après avoir attisé les violences par des déclarations, datant de mars, où il estimait que les immigrants illégaux devaient “faire leurs bagages et quitter le pays”.

La tension a par ailleurs gagné depuis quelques jours Johannesburg, où vivent de très importantes communautés étrangères africaines, et où les flambées de violence xénophobes sont récurrentes. Nombre de magasins tenus par des immigrés sont restés fermés mercredi dans la ville.