12082016Headline:

Vidéo choquante- Naufrage de migrants africains dans des bateaux gonflables-Témoignage de T.


parcours de la mort des migrants Africains dans des bateaux gonflables

Parcours d’un réfugié de naufrage de migrants africains)


Témoignage de T., jeune migrant, recueilli par Pierre–Etienne et Jacky.

T. a 26 ans. Il est arrivé en France en 2009 où il a obtenu le statut de réfugié, loge dans un foyer de
jeunes travailleurs sur le quartier et fait une formation en alternance dans le secteur du bâtiment.
Dans l’esprit de Diaconia, nous lui avons demandé de nous parler de l’entraide, de la solidarité vécue
au cours de son parcours de migration et dans sa situation actuelle…

« Nous sommes partis ensemble à trois copains. La première étape, c’est de gagner la frontière du
Soudan, nous avons marché sept jours, il fallait se cacher (nous avions quitté l’armée). Durant ces
jours, dans les villages, les gens nous donnaient de quoi manger et du lait… Nous avons passé la
frontière de nuit en nous cachant pour ne pas être arrêtés….
Entrés au Soudan, c’est devenu plus difficile, les soudanais nous réclament de l’argent pour tout,
nous avons payé une voiture pour nous rendre à Khartoum, par des petites routes pour ne pas être
remarqués.

A Khartoum nous avons travaillé 5 mois pour continuer le voyage. Pour l’argent, des amis nous en
ont envoyé dans les différentes villes où nous passons. Khartoum, Koufra, Tripoli. C’est le système
organisé pour ne pas porter sur nous et se faire voler tout l’argent nécessaire pour gagner la France.
Durant tous nos déplacements nous sommes sollicités, l’argent peut être volé ou confisqué, dans un
contrôle de police…
La partie la plus difficile c’est la traversée du désert de Libye, de Koufra à Tripoli, à 30 personnes dans
un pick-up Toyota. Sur ce trajet des gens sont morts, certains tombaient du Pick-Up qui ne s’arrêtait
pas…

Pour faire tout ce trajet, nous avons partagé l’argent pour que tous puissent continuer, partager
aussi l’eau pour que des gens ne meurent pas en route …
A Tripoli, nous avons loué une pièce pour dix personnes, tout juste de quoi s’allonger, nous cachons
l’argent. Nous sortons avec peu d’argent sur nous, pour ne pas nous faire racketter par la police.
Nous avons cherché un bateau pour gagner la France.

il y a des canots à moteur pour 60, 100 ou 200 personnes,
dirigés par des libyens ou des tunisiens, nous avons traversé avec 100 personnes,
dans un canot sans cabine. Nous avons eu de la chance, la mer a été calme durant les trois jours!
Nous sommes arrivés sur la côte, près de Marseille. Nous sommes venus à Angers parce que nous
avions déjà un ami ici ; quand nous sommes arrivés, nous avons appris qu’il était maintenant à
Cholet… Il nous a fallu ainsi 9 mois pour faire le voyage.

Arrivés en France, c’est plus facile. Nous avons été accueillis par France Terre d’Asile, pour toutes les
démarches. Nous avons obtenu la carte de réfugié.
Puis nous avons pris des cours de français à l’APTIRA (Association pour la Promotion et l’Intégration
dans la Région d’Angers), c’est obligatoire. Il faut aussi aller à Nantes pour toucher 350 euros.
Maintenant j’ai trouvé un contrat formation en alternance en revêtement de sol : 3 semaines de
travail et une semaine à l’AFPA, là il y a beaucoup de monde, je ne les connais pas tous, la pratique
est facile. Pour les cours, je comprends ce que je lis mais écouter c’est dur, des formateurs m’aident
et m’expliquent.

J’ai fait d’abord un stage de peinture, mais il y avait déjà beaucoup de monde qui s’orientait vers ce
métier. Je suis passé par des associations pour trouver du travail, on m’a conseillé le revêtement de sol,
il y aurait du travail… Des gens qui arrivent me demandent comment j’ai fait pour trouver du
travail, je leur explique par où je suis passé
Au FJT (Foyer pour jeunes travailleurs), je suis arrivé seul, puis deux autres sont arrivés.
Au début nous avons été à la messe à St Antoine, nous n’avions pas vue que St Jean était une église,
là on a rencontré Jacky, Bruno, Jo ; on a trouvé les gens sympa. L’an passé, on a partagé la lecture de
Paul aux corinthiens dans une équipe, on appréciait bien.
Mais dans les conditions avec le travail, en chantier à Laval, le soir on rentre à 20h pour se relever à
6h15.

Au foyer, on rencontre des personnes, les voisins changent souvent, ce sont souvent de nouvelles
personnes.
Dans tout ce parcours, ce qui nous a fait garder le moral : la patience, la foi, la prière quand les
personnes meurent dans le désert, nous prions. Dans ta tête, dans le désert tu pries, c’est tout ce qui
te reste ! »

Pauvre Afrique

                                                                                                                         migrations.catholique.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment