09272022Headline:

Zone Afrique: la Namibie disputera la Coupe du monde de rugby

Faciles vainqueurs du Kenya (36-0) en finale, les Namibiens ont tenu leur rang et remporté la Rugby Africa Cup hier, dimanche 10 juillet, à Aix-en-Provence. Ils disputeront la Coupe du Monde en France l’an prochain.

Land of the Brave, « Le pays des Braves » suggère l’hymne de la Namibie. Après la démonstration des joueurs d’Afrique australe face au Kenya, difficile de contredire les paroles du compositeur Axali Doëseb. Les Namibiens ont concassé leurs adversaires, dépassés, dès l’entame du match pour mener 15-0 à la pause grâce à deux essais du troisième-ligne Wian Conradie.

Impressionnants physiquement, les hommes d’Allister Coetzee n’ont laissé que des miettes aux Kényans qui ont à nouveau subi après la pause et vu la Namibie s’éloigner au tableau d’affichage. Quelques pénalités empilées et deux nouveaux essais, signés à nouveau Conradie (auteur d’un triplé) et Johan Deysel, le ¾ centre et capitaine, en toute fin de rencontre et le score s’est arrêté à 36-0. Implacable et logique tant la Namibie était favorite de cette finale et du tournoi. « On est évidemment comblés parce que ce n’est jamais facile d’assumer son statut », a estimé Coetzee, en poste depuis l’an dernier, à la fin du match. « Mission accomplie ! »

Des Kenyans trop limités
Le capitaine kényan Daniel Sikuta n’a pu que constater les dégâts après la rencontre, regrettant le manque de justesse de son équipe : « A chaque erreur de notre part, la Namibie en a profité pour marquer, et on en a fait beaucoup. Elle a réussi à capitaliser là-dessus. Leur équipe a été supérieure à la nôtre, il n’y a rien à dire. Pour nous, c’est très difficile à accepter collectivement. » Un constat d’échec pour l’imposant flanker mais son équipe n’a pas retrouvé l’explosivité qui lui a permis d’écarter l’Ouganda (42-7) puis l’Algérie (36-33) pour se qualifier en finale.

A l’inverse, la Namibie aura dominé de la tête et des épaules cette Rugby Africa Cup. Vainqueurs du Burkina Faso (71-5) puis légèrement bousculés par le Zimbabwe (34-19), ceux que l’on surnomme les Welwitschias (plantes qui poussent dans le désert namibien) n’ont pas manqué leur rendez-vous et disputeront leur septième Coupe du Monde consécutive.

La Namibie avec la France et les All Blacks
Hormis les intouchables champions du monde sud-africains, ils confirment donc leur mainmise sur le rugby continental. « On a fait ce que l’on attendait de nous. Maintenant, on peut se tourner vers cette Coupe du Monde 2023, une perspective excitante », estime Coetzee. Pour l’ancien patron des Springboks (2016-2018), « cela sera un honneur d’affronter la Nouvelle-Zélande et la France, ce qui se fait de mieux dans le monde actuellement ”. Au programme aussi pour la Namibie, l’Italie et l’Uruguay avec l’ambition “ de remporter au moins un match » espère le capitaine Johan Deysel.

Pour le Kénya, sèchement battu, rien n’est perdu mais la tâche sera encore ardue pour revenir en France l’an prochain. Les Simbas disputeront un tournoi de repêchage en novembre avec trois autres pays : le Portugal, le vainqueur du barrage entre Tonga et Hong Kong (prévu le 23 juillet) et une autre équipe du continent américain.

L’Algérie arrache la 3ème place

Le “XV aux Deux Lions” a lui conclu son tournoi par une nouvelle victoire 20 à 12 face au Zimbabwe, lui permettant de finir 3ème. De quoi atténuer – un peu – la défaite en demi-finale face au Kenya mercredi. L’équipe nationale algérienne, qui n’existait pas avant 2015, confirme ses progrès et vise maintenant la Coupe du Monde 2027. De son côté, l’Ouganda a pris la 5ème place après une victoire in extremis face à la Côte d’Ivoire d’Edgar Babou (18-17). Enfin, le Sénégal termine 7ème de la Rugby Africa Cup grâce à son succès sur le Burkina Faso 44 à 30.

Melv

Comments

comments

What Next?

Related Articles