05202024Headline:

Haut Sassandra : Les comportements déviants de certains gendarmes signalés, ce qui leur est réservé

Le Conseil régional du Haut Sassandra a signalé en début de semaine, aux autorités de la 2ème Légion territoriale, les comportements déviants de certains gendarmes dans plusieurs sous-préfectures de la région.

Le Conseil régional du Haut Sassandra a récemment attiré l’attention des autorités sur les comportements déviants de certains gendarmes opérant dans plusieurs sous-préfectures de la région. Ces pratiques inappropriées, qui comprennent le racket des marchés et des boutiques, ont suscité une réaction immédiate des autorités de la 2ème Légion territoriale (Daloa).

Selon les informations rapportées sur le terrain, certains éléments de la gendarmerie nationale se sont arrogés le rôle d’agents de collecte de taxes sur les marchés et dans les boutiques, contournant ainsi les percepteurs officiels mandatés par le Conseil Régional. Cette conduite irresponsable ternit non seulement l’image de ce corps d’élite, mais elle suscite également l’indignation des autorités locales et de la population.

Face à ces accusations sérieuses, les autorités de la gendarmerie ont rapidement condamné de telles pratiques et ont émis des avertissements sévères à l’égard des contrevenants. Des sanctions exemplaires, y compris la révocation, ont été annoncées pour tout individu impliqué dans ces activités répréhensibles.

Les Commandants de Brigade ont été spécifiquement chargés de veiller à l’application stricte de cette directive.
Les Commandants de Brigade ont été spécifiquement chargés de veiller à l’application stricte de cette directive et de prévenir toute récidive sur l’ensemble du territoire relevant de la 2ème Légion territoriale.

La liste des localités touchées par ces agissements a également été divulguée. Dans le département de Daloa, par exemple, les sous-préfectures de Gonaté Beria Gadouan ont été identifiées comme des zones où les gendarmes exigent des sommes allant jusqu’à 1000 francs CFA auprès des commerçants.

De même, dans le département d’Issia, les sous-préfectures de Iboguhé, Namané, Kereguhé, Nahio et Tézié ont été mentionnées pour des pratiques similaires, justifiées au nom de la sécurité.

Dans le département de Vavoua, les sous-préfectures de Dananon et Seitifla Ketro-bassam ont été citées, où des sommes entre 500 et 1000 francs CFA sont prélevées par les représentants des gendarmes.

Enfin, dans le département de Zoukougbeu, des incidents similaires ont été rapportés dans les sous-préfectures de Domangbeu, Gregbeu et Belle-ville, où les gendarmes exigent jusqu’à 1000 francs CFA des boutiques et 500 francs CFA des petits commerces, ou en nature en cas de refus.

What Next?

Recent Articles