07162020Headline:

Un problème de carburant suscite un mécontentement au sein du ministère de la défense

Les détenteurs d’une carte prépayée au sein de l’armée n’arrivent plus à se procurer convenablement du carburant dans les stations-services de la place. Cette situation qui dure depuis plusieurs mois déjà suscite une colère noire au sein des hauts gradés.

La colère noire d’un officier supérieur

Tout comme certains fonctionnaires dans l’administration civile, des traitements, avantages et indemnités sont également alloués aux chefs de service et directeurs dans l’administration militaire ainsi qu’aux officiers supérieurs et officiers généraux. Mensuellement, ces derniers, selon la fonction occupée ou le grade, bénéficient d’une dotation en carburant allant de 75 à 250 mille francs CFA hors des casernes ou sites militaires, dans des stations-services en ville.

Afin de permettre à ces bénéficiaires de se ravitailler aisément en carburant, des cartes prépayées, gérées par le Service des essences logé dans les locaux du ministère de la Défense au Plateau, leur ont été remises. Malheureusement depuis plusieurs mois, ces cartes ne servent pratiquement plus à rien entre les mains de ses détenteurs. La raison ? Celles-ci ne sont plus rechargées à temps ou même pas du tout. « Tout le mois de novembre, il n’y avait rien et c’est finalement le 30 novembre que nos cartes ont été rechargées. Le service des essences l’a fait au dernier moment et ce n’est pas la première fois. Les mois de décembre et janvier sont  passés, nous sommes en février et nos cartes n’ont pas encore été rechargées. On se rend pratiquement tous les jours dans une station-service pour vérifier si nos cartes ont été rechargées », s’offusque un officier supérieur de l’armée.  Avant de poursuivre : « Nous ne sommes pas en dehors des pratiques qui se font dans l’administration civile puisqu’on fait partie de la Fonction publique. En fonction du grade, le montant des cartes prépayées se situe entre 75 mille et 250 mille francs CFA. Les gens avaient ces avantages avant que le ministre Hamed Bakayoko n’arrive au ministère de la Défense. Ce n’est pas quelque chose de nouveau», tempête-t-il. « Ils rechargent nos cartes quand ils le veulent. Il y a longtemps que cela dure mais cette fois-ci, ça a beaucoup duré. Et si par hasard ils le font en février, ce n’est sûr que les mois à venir, ils vont normaliser cette situation. Je veux dénoncer leur agissement pour qu’ils arrêtent d’agir de la sorte à notre égard. En réalité, en agissant ainsi, ils se disent qu’il n’y a rien, parce que personne parmi les hauts gradés ne va vouloir parler. Le budget du ministère de la Défense s’exécute sur un an y compris nos avantages. Ce n’est pas aujourd’hui que cela se fait, il y a bien longtemps qu’on a ces avantages. Ils ne peuvent pas mettre fin à cela quand ça leur plaît et le relancer après. On est fatigué de cette gestion. Nous les chefs, on a une dotation personnelle en carburant. Ils ne vont pas nous dire que l’armée n’a pas de moyens. Si c’est le cas, c’est qu’il y a problème », déplore l’officier.

La réaction d’un collaborateur du ministre Hamed Bakayoko

Après avoir religieusement écouté ce haut gradé de l’armée, « L’Eléphant Déchaîné » a approché le ministère de la Défense pour avoir sa réaction  au sujet des récriminations faites contre le service des essences dudit ministère. Contacté par le pachyderme, un proche collaborateur du ministre Hamed Bakayoko a vigoureusement contesté les propos de l’officier. « Qu’ils nous présentent le décret qui oblige l’armée à leur fournir du carburant. S’ils ont ce décret, qu’ils le publient. Ce n’est pas une obligation de leur donner du carburant. Le carburant de l’armée, c’est pour les opérations militaires. De temps en temps, on en donne aux cadres sinon ce n’est pas une obligation pour l’armée de le faire. De toi à moi, qu’ils nous montrent un document qui dit le contraire », tranche ce dernier. Se prononçant sur la question du rechargement irrégulier des cartes prépayées depuis plusieurs mois, celui-ci explique : « En fin d’année, il y a ces difficultés-là. Mais ce n’est pour autant qu’ils vont nous accuser de détourner leur carburant. Ce carburant, ils n’y ont même pas droit. C’est une faveur. En termes de véhicule, est-ce que l’Etat est obligé de leur donner des véhicules ? Il n’y a pas de texte obligeant l’Etat à faire cela. Qu’ils nous apportent donc un document qui dit que c’est une obligation pour le ministère de leur donner du carburant. »

Message bien transmis…

.africanewsquick.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles