03242017Headline:

10 choses à savoir absolument sur Papa Wemba

Papa Wemba-Nash

Papa Wemba n’est plus. Il a chanté ses dernières notes sur la scène du festival des musiques urbaines d’Anoumanbo. Il est décédé d’un malaise subit en pleine performance, dans la nuit du Samedi au Dimanche 24 avril. En hommage à l’une des plus grandes voix de la musique africaine, nous  vous présentons  10 choses que vous ne saviez, peut-être, pas sur Papa Wemba.

Sa mère était pleureuse

Papa Wemba a développé sa passion pour le chant en accompagnant sa mère, une « pleureuse » (chanteuse de mélodies funèbres dans les cultures africaines) lorsqu’elle devait chanter lors de funérailles. Ainsi, pendant que sa mère chantait la mise en terre d’un défunt, la graine musicale germait dans le cœur de son fils.

Son vrai nom est Jules Shungu Wembadio

Peu de personnes savent que Papa Wemba se nomme, à l’Etat civil, Jules Shungu Wembadio Péné Kikumba. En fait, il est surnommé « papa » depuis sa plus tendre enfance, parce qu’il est le premier fils de sa mère, ce qui signifie dans la tradition africaine qu’en l’absence de son père il est le chef de la maison.

Il a sculpté sa voix en chantant dans la chorale

Si c’est aux cotés de sa mère que Papa Wemba découvre le chant, c’est dans une chorale religieuse, celle de son école à Kinshasa, qu’il forge son timbre de voix inimitable.

Son premier nom de scène était Jules Presley

Papa Wemba a été influencé, comme tous les chanteurs de sa génération, par la culture anglo-saxonne. Il prend au début de sa carrière, en hommage au grand Elvis, le pseudonyme de « Jules Presley ».

Il a été en détention préventive en France

En 2003, Papa Wemba a passé plus de trois mois en détention préventive en France. Il est accusé par la police française d’avoir créé un réseau d’immigration clandestin entre la RDC, la Belgique et la France. En fait, en décembre 2001 pour le grand concert du Congolais à Bercy, 200 personnes s’étaient présentées à Roissy, prétendant faire partie de ses musiciens et ont bénéficié, à tort, de facilités de visas normalement accordées aux musiciens en tournée internationale. L’affaire prend des proportions inimaginables et le chanteur va passer trois mois et demi de détention avant sa libération. Il raconte cette mésaventure dans sa chanson « Numéro d’écrou », chanson dans laquelle il révèle également que Dieu lui a rendu visite dans sa cellule.

Il est le deuxième artiste congolais à signer avec le label international Real World

Devenu une véritable célébrité dans les années 90, Papa Wemba sera signé par le très sélectif Label Real World. Après Tabu Ley Rochereau, il est seulement le deuxième congolais à signer sur ce label.

Il a également été acteur

Entre ses albums et ses tournées, Papa Wemba est apparu dans quelques films. En 1987, il a le rôle principal du film « La vie est belle » de Ngangura Dieudonné Mweze et Benoît Lamy. Il compose d’ailleurs une bonne partie de la musique originale de ce film. En 1997, on le retrouve dans « Combat de fauves » du même Benoît Lamy. En 2012, Papa Wemba joue un rôle secondaire dans le film dramatique belge Kinshasa Kids de Marc-Henri Wajnberg.

Il est un des piliers du mouvement de la sapologie

Né au Congo à la fin des années 70, la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Élégantes), un mouvement culturel qui se manifeste par une excentricité et une extravagance vestimentaire très poussée, est surtout pratiquée par la diaspora. Surnommé le pape de la sape, Papa Wemba va devenir un des porte-flambeaux du mouvement. A la pointe de la mode et s’habillant chez de grands couturiers européens et japonais, Papa Wemba va populariser en France les codes de la sapologie.

En compagnie de Youssou Ndour, il a créé une chanson pour la Croix Rouge

A Dakar en 1997, sur la demande de la Croix-Rouge, Papa Wemba et la star Youssou N’Dour vont enregistrer le duo Xipii, une chanson qui promeut les valeurs de l’organisation.

Il a fondé un village

Comme Fela Kuti et sa Kalakuta Republic, Papa Wemba crée en 1977 le village de Molokaï. Il s’agit en fait d’un rassemblement de plusieurs territoires appartenant à sa famille dans la région de Matonge, à Kinshasa. Le village dispose de ses propres règles et de ses us. Papa Wemba s’est autoproclamé chef coutumier de ce territoire.

camersenat.info

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment