10152019Headline:

Abidjan: Tout est mis en oeuvre pour réussir « L’incroyable 30 Un By Apoteoz ».

La cérémonie officielle des feux d’artifice qui bouclera en… apothéose la soirée de « L’incroyable 30 Un By Apoteoz » aura lieu, au Palais de la culture de Treichville, ce lundi 31 décembre.

Le ministre gouverneur Robert Beugré Mambé qui porte depuis la première édition d’Abidjan Perle de lumières en parle dans cette interview. Il invite les Ivoiriens à ne pas s’enfermer dans l’obscurité du découragement et de l’interrogation qui ne finit pas.

Qu’est ce qui a guidé vous actions en cette année 2018 ?

Les Ivoiriens sont le creuset de beaucoup d’ouverture, de fraternité, d’amitié… La capacité à tout relativisé et surtout notre envie d’être toujours ensemble. Nous avons estimé qu’il faut encourager ce mouvement de réconciliation en plaçant les festivités de fin d’année sous le signe de la réconciliation, la paix et les retrouvailles entre les fils et filles de ce beau pays. Nous y tenons parce que la plus grande richesse à partager, c’est la simplicité et surtout la capacité à voir dans l’autre, un autre soi-même. C’est ce qui guide notre action en cette année 2018.

Quel message voulez-vous faire passer à travers Abidjan ville lumière ?

C’est une chance pour nous en Côte d’Ivoire d’avoir des opérateurs comme Apotheoz qui ont cette capacité de capter les idées et de les amplifier en offrant chaque fois que cela est possible de permettre à la Côte d’Ivoire de vivre des moments mémorables dans les paix et dans la joie.

Les opérations que nous conduisons en fin d’année visent plusieurs objectifs dont le premier est de dire au monde entier que la Côte d’Ivoire est revenue dans le giron des pays sérieux et organisé. Et qui veulent offrir le bien-être à leur population sur toutes les dimensions. Le deuxième objectif est de faire comprendre que les potentialités énormes dont dispose notre pays ne seront mise en évidence que par l’action de tous. Quand nous organisons les feux d’artifices, l’accompagnement des journalistes est un motif d’encouragement à mettre en évidence ce qui est de plus beau dans ce pays.

Nous visons à travers Abidjan perle de lumière un objectif économique. Avec Apotheoz nous allons prendre en compte et mettre en avant les aspects économiques sociaux et psychologiques des feux d’artifice en fin d’année. En cette période, des vols partent des capitales africaines pour Abidjan pour venir voir les feux d’artifice. On constate aussi un nombre impression des Ivoiriens de la diaspora qui choisissent cette période de l’illumination de la ville d’Abidjan pour venir au pays. Le taux d’occupation des hôtels connaissent un accroissement en cette période tout comme la restauration et le transport qui font rentrer des devises. C’est quelque chose d’extraordinaire… J’aimerais faire remarquer la capacité des Ivoiriens à se retrouver autour de cette illumination de la ville d’Abidjan sans distinction d’ethnie, de religion, et de parti politique. Et chacun essaie de partager ce qu’il a de plus noble en lui, c’est-à-dire la beauté du cœur.

Si on pouvait offrir nos cœurs aux Ivoiriens sachez qu’on allait le faire. Le Président de la République Alassane Ouattara nous suit de près prêt. Il sait que ce que nous faisons apporte de la joie aux Ivoiriens. Au-delà, nous devons créer l’harmonie des cœurs chez les Ivoiriens. Quand on a été heureux ne serait-ce que 2 ou 3 secondes, cela rejailli énormément sur notre vie. On est plus le même car on a changé de dimension et on s’aperçoit que le beau existe.

Il ne faut pas s’enfermer dans l’obscurité du découragement et de l’interrogation qui ne finit pas. Il faut se dire que le beau existe et que nous avons le devoir de le rechercher. Nous avons un pays merveilleux que nous devons protéger pour les générations futures.

Sur le plan sécuritaire qu’avez-vous à dire aux populations qui vont converger vers les différents sites pour voir les feux d’artifice ?

C’est le lieu de remercier tous nos forces de l’ordre qui depuis de nombreuses années encadrent les feux d’artifice. Je les encourage et je leur demande de veiller cette année à ce que les populations viennent et repartent en toute sécurité. Nous comptons sur nos forces de l’ordre pour que les Ivoiriens comprennent que la sécurité de la collectivité dépend de la volonté de chacun d’apporter son grain au collectif sécuritaire.

Salif D. CHEICKNA

Collaboration : Sercom Apotheoz

Read 2 times

fratmatinfo

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment