12132017Headline:

Ariel Sheney a dévoilé pour la première fois les raisons de son absence au Bataclan : « Arafat reste et demeure une légende »

Après s’être enfermé dans un mutisme suite à ses différends avec DJ Arafat, Ariel Sheney est enfin sorti de son silence. L’arrangeur-chanteur a dévoilé pour la première fois les raisons de son absence au Bataclan non sans manquer d’ajouter que son mentor « reste et demeure une légende ».

Avant l’arrivée de son mentor à Abidjan ce mardi 05 décembre, Ariel Sheney a voulu dire sa part de vérité dans le différend qui l’oppose à son producteur DJ Arafat. Expliquant les raisons profondes pour lesquelles, il a brillé par son absence au concert du Bataclan, Ariel Sheney s’est dit désolé par cette situation imprévue.

À l’en croire, tout cela est arrivé suite à un engagement qu’il devait honorer au Maroc. « J’avais déjà consommé la moitié d’un cachet d’un spectacle au Maroc. Je vis de mon art et je ne peux pas m’amuser avec ce qui me donne à manger », a-t-il traduit dans sa vidéo en direct sur sa page Facebook. Malheureusement, déplore-t-il, c’est alors qu’il faisait des mains et pieds pour son enregistrement lundi 20 novembre à l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire pour les formalités de visa qu’il a apprendra comme tout le monde qu’il est viré de la Yôrôgang.

Toutefois, ce choc inattendu ne freinera pas son envie de se rendre à l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire pour les formalités de visa. « Quand j’ai appris que je devais rentrer à l’Ambassade lundi 20 novembre, ça a été brusque pour moi mais je me suis dépêché pour aller décaler mon rendez-vous et j’ai dû payer 80 000 F Cfa de ma poche parce que j’avais déjà pris un engagement au Maroc », a-t-il justifié.

 

Conscient que la scène du Bataclan lui offrait un florilège d’avantages pour sa carrière, Ariel Sheney avoue avoir essayé en vain à plusieurs reprises d’obtenir son visa. Son Boss étant déjà fâché avec lui pour le premier rendez-vous manqué. Par ailleurs, la colère du patron de la Yôrôgang va s’accentuer quand son poulain lui fait savoir que le renouvellement de leur contrat de production doit se faire après discussion à Abidjan. « Aller au Bataclan était l’un de mes plus gros rêves », a-t-il insisté.

Même s’il reconnaît des défauts à DJ Arafat, Ariel Sheney est convaincu qu’il « reste et demeure son mentor, une légende ». Aussi, ne veut-il pas que leur mésentente serve de couverture à d’autres personnes pour régler leur compte à DJ Arafat. Le règlement en famille loin de tout regard indiscret étant privilégié. Car, ajoutera, t-il, « il demeure et restera mon père, mon mentor tant que je serai sur cette terre parce que c’est grâce à lui que vous les fans et moi on s’est connus ».

 

Cependant, a regretté Ariel Sheney, il ne peut plus sortir une seule minute dans la rue sans se voir injurier et accuser de traitrise par les fans de DJ Arafat. « Quand je sors dans la rue, on m’accuse de traitrise, je ne peux plus sortir », a-t-il fustigé. Il a par ailleurs rassuré ces derniers qu’un règlement définitif sera trouvé dès l’arrivée à Abidjan de DJ Arafat. « J’attends Arafat pour qu’on parle. On a un souci mais on va le régler quand il sera à Abidjan », a-t-il tranché.

Philip KLA

soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment