10162017Headline:

Asalfo / Pourquoi les présidents courent derrière moi? decouvrez Sa reponse

Alors que la  conférence de presse pour le lancement du Festival des musiques d’Anoumabo (Femua 10),  se tenait ce lundi en France, un journaliste a posé une question qui a décontenancé le commissaire général, Traoré Salif connu sous le nom d’Asalfo

Le Commissaire général du Festival des musiques d’Anoumabo (Femua), Salif Traoré dit A’Salfo était face à la presse ce lundi 27 février 2017 pour le lancement officielle de la 10ème édition du Femua à Paris. Lors de cette conférence de presse, un journaliste  s’est fait remarquer par une question sur sa relation avec les présidents ivoiriens, provoquant les moqueries de certains confrères. Se référant à ses relations avec Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié et aujourd’hui Ouattara, le journaliste Paul Oro a ainsi posé sa question « Qu’est ce qui fait courir Asalfo dans les palais présidentiels ivoiriens ? » Le malheureux auteur de la question fut à l’instant victime  de l’un des lynchages ironiques qui font le charme de la tribune des journalistes , lesquels sont cependant capables d’endurer le spectacle des questions convenues, complaisantes et complices. A la suite de cette question se sont esquissés des regards et des sourires. Comme pris au piège, le « Gaou magicien » s’en sort par une pirouette un rien méprisante en entreprenant de tourner en dérision la question posée « Dans la vie chacun nait avec une petite étoile, bien que je sois né à Anoumanbo, aujourd’hui là où nous sommes il existe  une net distance, alors il fallait plutôt demander pourquoi les présidents courent derrière nous ?» a répondu le Magicien.

Asalfo a affirmé qu’après avoir côtoyé les présidents Chirac, Sarkozy et François hollande et les présidents ivoiriens Cités si dessus il est manifeste de reconnaitre que magic système a une carrière  “très traceuse, magic système est un groupe républicain qui a su s’imposer non seulement par la musique mais par ses actions sur le terrain”, en répondant à la polémique provoquée par la question du journaliste.

Il s’est aussi expliqué sur ses confidences à propos de “magecratie” dans le jargon ivoirien avec le régime actuel au pouvoir, le confirmant à demi-mot: “Si j’ai une occasion de manger avec le président je n’hésiterai pas parce que ce n’est pas donné à n’importe qui”. S’est-il exprimé pour en finir.

imatin

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment