09212017Headline:

A’salfo sort des secrets sur sa propre vie

asafo

Quand il s’adressait, il y a deux semaines, devant plus d’un millier de jeunes à Yamoussoukro, A’salfo n’a pas pu résister. Il a coulé des larmes, alors qu’il expliquait sa propre histoire, faite d’embûches, d’humiliations et de courage.

À la faveur d’un dîner offert parc Magic System, le lundi 18 août 2014, A’salfo a failli écrasé une larme, à nouveau, au moment même où il livrait les secrets de son voyage présidentiel avec le président français, François Hollande à Abidjan. ”Je ne sais pas, jusqu’aujourd’hui, les critères qui ont emmené à ce choix. Je ne pouvais pas poser la question de savoir pourquoi j’ai été choisi. Mais bon, j’ai vu que c’était une fierté quand on m’a appelé un matin pour faire partir de la délégation du président de la République française. C’est donc à la demande du président François Hollande. Il y a longtemps que l’Elysée m’avait fait appelé. J’avais tenu l’information secrète. Mais, à l’époque je crois j’avais partagé l’information avec un seul ami. Mais, en même temps, cela a coïncidé avec l’état de santé du président de la République qui devait être opéré de la sciatique. Le voyage a été reporté”, a expliqué A’salfo qui est revenu ensuite sur le voyage d’Abidjan, dans l’avion présidentiel.

A la mi juin, j’ai été appelé à nouveau. Ils ont demandé ma disponibilité par rapport à accompagner le président François Hollande. J’ai dit qu’on était en tournée jusqu’au 15 juillet, mais qu’à partir du 16, j’étais disponible. Voilà, c’est comme ça que je suis venu. J’ai été très très honoré. C’est quelque chose qui m’est arrivé une fois dans ma vie”, disait-il avec une voix étreinte d’émotion.

Ça n’arrive pas tous les jours, parce que même le passeport ivoirien, je ne l’ai pas montré. Donc, c’était quelque chose pour moi. Quand je suis arrivé, je devais continuer avec le président Hollande au Niger et au Tchad. Mais, pour moi ce n’est pas le but du voyage qui m’intéressait, mais c’était la symbolique. Je n’ai plus continuer le voyage parce que je voulais rester à Abidjan pour faire mes vacances. Ma demande a été acceptée. Voir un enfant d’Anoumanbo dans l’avion présidentiel, avec des hommes d’affaires puissants, c’est quelque chose de fort. C’est quelque chose qui marque dans la vie, j’ai encore les images comme si c’était hier. Je souhaite que ça arrive à qui que ce soit parce que c’est fort, c’est parce que je représente tout un pays dans un avion. Je suis assis avec des opérateurs économiques, les hommes les plus puissants de France et tout. Et moi, je viens d’Anoumanbo, je suis assis avec eux, je dirais suis assis devant parce que je l’invité du Président. J’étais rempli de fierté et je conte ça avec émotions, mais j’aimerais raconter ça à mes petits fils. Pour dire qu’on peut partir de nulle part et aller très loin. Il faut que je m’arrête là, sinon je vais encore coulé des larmes…”, a ajouté A’salfo, entouré de Goudé, Manadja et Tino, au Live 7 à Cocody Val doyen, ce lundi-là.

ND

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment