10232017Headline:

Boîtes de nuit d’Abidjan, Le dédja bat son plein,malgré la menace de Anne Ouloto

On le sait, la ministre de la Salubrité Urbaine a entrepris depuis quelques mois de mener une chasse aux bars et aux night-clubs d’Abidjan et de l’intérieur du pays où le ”dédja” (le strip-tease) est magnifié à souhait.

Des établissements ont été fermés. Des filles qui font le dédja ainsi que des patrons de certains établissements avaient été arrêtés. Une stratégie efficace contre la dépravation des mœurs a été peaufinée dans le mois de Mars dernier. “Nous retrouvons aussi des enfants, des mineurs, des élèves de 14 à 15 ans dans des bars, installés par des adultes et ces enfants réussissent à faire des chiffres d’affaires pour ces adultes. Ces lieux sont des portes d’entrée des pires formes de travail des enfants, de la traite des personnes, de la prostitution, de la drogue . Et nous en tant que structure en charge de la protection des familles, nous trouvons cela inadmissible. Il nous appartient de nous remobiliser pour aider les Ivoiriens à avoir une vie honorable“, avait affirmé Mme la ministre.

Mais malgré la fermeté d’Anne Ouloto, le dédja continue. Et des Ivoiriens en raffolent. Des bars d’Abidjan notamment en Zone 4 que nous avons sillonnés ce week-end, certains étaient bondés de monde. Et pour cause, le dédja battait son plein…

JFK

star magazine

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment