11232017Headline:

Chantal Taïba : L’amour… pour la première fois

Chantal Taïba : L’amour… pour la première fois

Depuis un an, Chantal Taïba fait la navette entre l’Europe et les Etats-Unis pour des concerts et l’enregistrement de son nouvel album. Nous l’avons chopée entre deux avions samedi dernier, pour parler de son actualité. Et de cette œuvre qui va marquer son retour sur le marché discographique, après dix ans d’absence.

• On te croyait chez ton compagnon à Seattle, aux Etats-Unis ?
– (Elle éclate de rire) Hoûûnn … Qu’est-ce que vous allez chercher-là ! Ça c’est ma vie privée et je n’en parle pas.

• Ok ! Donc, tu es en France ?
– Oui, je suis actuellement en France. Je fais la navette entre l’Europe et les USA pour mes spectacles. Parallèlement, à Paris, je continue les séances de studio, avec l’arrangeur Manu Lima, pour finir mon nouvel album.

• Tu avais déjà travaillé avec lui sur quelques albums précédents ?
– Tout à fait. C’est le troisième album qu’on fait ensemble, le premier remonte à 1988.

• Son retour à tes côtés répond-il à une préoccupation particulière ?
Bon, je dirai que c’est pour bénéficier de ses qualités et surtout de sa grande expérience d’arrangeur. Car, cet album vise le marché international. Je mets donc tous les atouts de mon côté. Et Manu a en charge toutes les chansons posées, douces et langoureuses, comme il sait si bien le faire.

• Des arrangeurs ivoiriens ont-ils été aussi mis à contribution ?
– Ah, oui ! Ils sont toujours là. Notamment David Tayorault et Koudou Athanase, qui maîtrisent mon Matiko . Ils ont fait encore monter le mercure. J’ai fait une ouverture également sur le couper-décaler, avec le Matiko-décaler. Et ça a été l’affaire de Bebi Philip, Serge Beynaud et Pat Sexy.

• Si le mercure est monté avec le Matiko, plus le Matiko-décaler, ça signifie que tu vas donc déménager sur scène. Ta jambe souffrante est-elle guérie ?
– (Elle rit) Ne vous en faites pas. Ma rééducation est pratiquement terminée. Ma jambe se porte bien et je vais danser comme le public aime.

• Tu parlais de chansons douces avec Manu Lima …
– Oui, il y en a plusieurs, parmi une dizaine de titres au total. Et il y en a une qui est particulièrement émouvante, poignante, qui parle de ce sentiment très fort. Je l’ai composée spécialement pour célébrer l’amour. C’est une grande chanson d’amour pour toucher le cœur et l’émotionnel. C’est la première fois que je parle de l’amour de cette manière. C’est très touchant. C’est un titre fort de l’album.

• Dis, entre nous, cette chanson ne parlerait-elle pas de ton amour ?
– (Elle rit) Oh, d’abord je ne vous dirai pas le titre de la chanson pour le moment. Et je ne vous dirai pas non plus le contenu exact. Vous découvrirez la chanson à la sortie, avant les grandes vacances prochaines. Ce qui est sûr, je parle de l’amour avec grand A. Le texte est en français, les mélomanes comprendront le message.

• A quand le retour à Abidjan ?
– Ce sera probablement dans les premiers mois de l’année 2015. Parce que l’album est dans la phase de finition. Ma dernière œuvre, “Femme d’honneur”, remonte à 2004. Il est donc temps que je renoue avec le public ivoirien. Ensuite, ce sera l’Afrique, l’Europe et les USA. Bonne et heureuse année 2015 à tous les Ivoiriens. J’ai besoin de leur onction.

Par téléphone par Eric Cossa

Retrouvez cet article sur topvisages.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment