07232018Headline:

Claire Bahi très en colère crache ses verités: « Les artistes ivoiriens souffrent. Trop c’est trop

Claire Bahi est très en colère. ”La Première Dame du couper-décaler” est montée au créneau pour fustiger et dénoncer ces pratiques déplorables courantes dans le showbiz qui ont tendance à maintenir les artistes ivoiriens dans la misère totale.

Elle a le cœur qui saigne. Blessée dans sa chair, ‘’la reine du bobara fitini’’ n’est pas restée muette face à ce qu’elle a appelé la souffrance desartistes ivoiriens. Dans une colère noire, Claire Bahi a crié haut et fort son ras-le-bol et son indignation devant des situations qu’elle dit avoir du mal à se l’expliquer.

Dans une vidéo de près de 17 minutes en direct sur sa page Facebook, Claire Bahi a déploré les cachets proposés aux artistes ivoiriens par des sociétés de téléphonie via des structures de sous-traitance. Selon elle, ces propositions frisent à la fois le manque de respect et l’injure à l’endroit des artistes ivoiriens.

Sans porter de gants, Claire Bahi a indexé ces sociétés de téléphonie dont l’objectif selon elle est de voir croupir les artistes dans la misère la plus totale. Et chose choquante pour elle, les cachets faramineux sont proposés à des artistes venus d’autres contrées pendant qu’aux nationaux, c’est plutôt des broutilles.

Revenant à son cas, elle déplorera que pour un spectacle à Gagnoa, une société de téléphonie lui propose comme cachet 400 000 F Cfa. Pis, s’indigne-t-elle, dans ce cachet, c’est elle-même qui doit payer ses frais de transport, d’hébergement et de nourriture. « C’est injurieux et c’est la foutaise », s’est-elle désolée.

À l’en croire, elle gagne mieux pour un seul spectacle en Europe que pour dix spectacles en Côte d’Ivoire. « On m’a proposé 10 spectacles en Côte d’Ivoire et le cachet ne vaut même pas un seul spectacle à Londres », a-t-elle fustigé. « Trop c’est trop. Les artistes ivoiriens souffrent », a-t-elle poursuivi.

 

Pour Calire Bahi, ce sont ce genre de structures qui maintiennent les artistes dans la misère. Car, dira-t-elle, c’est cette situation qui fait que les artistes sont obligés de lancer des Sos lorsqu’ils sont malades ou victimes d’un accident de la circulation. Elle a donc lancé un appel à toutes ces sociétés de téléphonie de discuter directement avec son staff si elles veulent vraiment l’inviter à des événements.

Philip KLA

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment