07242017Headline:

Côte d’Ivoire: CAFOP 2017, affaire un candidat refoulé à cause de ses cicatrices/Ci-dessous la réponse du ministère de tutelle

Nous révélions dans un précédent article que Yapi Kouakou candidat au concours direct d’entrée au CAFOP 2017, avait été refoulé, à l’en croire, à causes de ses cicatrices.

Ce dernier nous avait fait parvenir un courrier pour dénoncer cet état de fait, courrier que que nous avions alors publié.

Le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle a tenu à nous faire parvenir un droit de réponse que vous pouvez lire, ci-dessous.

Ci-dessous la réponse du réponse du ministère de tutelle.

Donatien Kautcha, Abidjan

Monsieur le Directeur de Publication,

Votre journal en ligne Koaci.com a publié, dans son édition du jeudi 16 mars 2017, un article signé de Amy TOURE, titré : «Côte d’Ivoire: Discrimination, refoulé à cause de ses cicatrices au concours duCAFOP ». Cet article a été repris par un autre journal en ligne Ivoiretimes.com.

Vous publiez intégralement le courrier de M.Yapi  KOUAKOU, qui dénonce une discrimination liée à son état de santé sans équilibrer l’information. En outre, dans le titre de l’article vous parlez de cicatrices alors que la photo présente bien de volumineuses chéloïdes sur le cou de M.Yapi  KOUAKOU. Le verbe ‘’refouler’’ que vous utilisez ici traduit malheureusement le fait qu’il n’a pas été retenu de manière injuste, inique, voire rejeter par la force. Pourtant, la décision a été prise par un collège de médecins. Il a manqué le souci de la justice, de l’équité et de l’équilibre au traitement de cet article.
Or, votre déontologie, en son Article 4 vous recommande de « Défendre, en tout lieu et en toute circonstance, la liberté qu’il a de commenter et de critiquer, en tenant le scrupule et le souci de la justice, de l’équité et de l’équilibre comme règle non négociable dans la publication et la diffusion honnêtes de ses informations. »

Cette contre-vérité et ce manquement à votre devoir de professionnel ne permettent pas à vos lecteurs d’avoir une vision objective de notre mission et de la transparence dans laquelle se déroule l’examen médical du concours d’entré au CAFOP. Ce traitement partiel de l’information a pour inconvénient de présenter le ministère comme une entité, qui stigmatise les candidats. Or, il n’en est rien.

Nous regrettons les sous-entendus de cet article à charge. Et nous vous prions de bien vouloir procéder à l’insertion du présent droit de réponse dans les délais et conditions de la loi en vue d’éclairer l’opinion nationale sur les véritables conditions dans lesquelles se sont déroulés l’examen médical de M.Yapi KOUAKOU.
En effet, le sous-directeur de l’éducation pour la santé, Dr N’FAH Sandoko, précise bien queYapi  KOUAKOU a été effectivement reçu à l’examen médical du concours d’entrée au CAFOP. Et qu’il a été déclaré inapte par un collège de médecins, qui lui a demandé d’aller se soigner d’abord car il est porteur de volumineux chéloïdes récidivants après plusieurs cures. Comme vous le savez, l’examen médical a pour but de recruter des enseignants en possession de toutes leurs facultés, indemnes de toute affection chronique invalidante, qui ne souffrent ni de bégaiement, ni de troubles invalidants des fonctions phonatoire, auditive, ophtalmologique et autres infirmités majeures. D’aucun mal majeur. Mais aussi, des enseignants qui peuvent tenir une classe sur le long terme. Or dans le cas d’espèce la maladie de M.Yapi  va le contraindre à un moment donné à être absent pendant longtemps en raison de la spécificité de son mal. Il va avoir régulièrement besoin de congé maladie et de délaisser ainsi les classes.
Monsieur le Directeur de publication, voici les raisons, qui ont motivé la décision du collège de médecins.

Fait à Abidjan, le 30 Mars 2017

Le Chef de Service Adjoint

CISSE Kader

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment