09182018Headline:

Côte-d’Ivoire /Eléonore Kouamé: Sa vie après la série-télé «Ma famille»

Découverte dans la série télé« Ma famille » en Côte d’Ivoire, dans laquelle elle jouait le rôle de la jeune servante, Eléonore Kouamé fait depuis quelques temps des aller et retour entre la France et la Côte d’Ivoire où elle se reconvertit peu à peu au travail de la terre.

Qui ne l’a pas remarqué dans la série culte « Ma famille » de la productrice Akissi Delta ? Eléonore ou la servante ‘’très curieuse’’ vit en France depuis quinze ans sans vraiment abandonner la scène. « J’ai toujours été comédienne. Je tournais dans les festivals à l’époque avec Bathlémy Inabo dans Dimanche passion ou encore Sacré soirée. Le théâtre ivoirien s’étant peu à peu éteint, j’ai décidé de faire la télé. Voilà comment j’ai participé au casting de la série ma famille avec un rôle que personne ne voulait choisir parce que dévalorisant. Mais moi, il me permettait de mettre en valeur mon talent de comédienne », témoigne celle qui un décembre 2003 décida de tenter l’aventure européenne.

Une fois en France, Eléonore allie petit boulot et des scènes de la nouvelle version de ‘’Ma famille’’. Elle est invitée à des cérémonies festives et s’essaie parfois à l’animation. Pour véritablement gagner sa vie, la comédienne retourne sur les bancs de l’école : « J’ai fait l’école d’Aide médico psychologique. Je suis dans le social et j’assiste les handicapés. C’est un boulot alimentaire, sinon je suis toujours dans l’art » .

Depuis quelques années, Eléonore est entre deux avions, Paris-Abidjan-Paris. Elle explique les raisons : « Depuis trois ans, je vais régulièrement au pays où j’ai une plantation de vivriers. Il faut revenir à la terre. Nous avons la chance d’avoir un pays où tout pousse. Tout le monde ne peut pas travailler dans un bureau, ni dans une usine. Je crois qu’on devrait encourager les jeunes à retourner à la terre, mais avec des moyens de productions adaptés tels que la mécanisation et les outils pour la transformation de nos produits agricoles. Car il sera difficile de dire à un jeune aujourd’hui d’aller prendre une machette ou une daba pour défricher ou labourer ».

La Saint Valentin sur une péniche à Paris ou le grand bal des artistes.

Elle vient de lancer via les réseaux sociaux un message à tous ceux qui œuvrent dans le domaine artistique (peintre, danseur, chanteur, comédien etc.), pour rejoindre la fédération des associations des artistes ivoiriens de France (FAAIF) présidée par l’artiste Kradjé Charles Marc dit Bloco, ex membre du groupe ‘’Les salopards’’. « La fédération a été mise sur pied sous l’ambassadeur Pierre Kipré en 2009. Avec la crise que notre pays a connue, il y eu un relâchement. Même si les associations membres de la fédération, continuent de fonctionner. Nous voulons profiter de la Saint-valentin pour relancer les activités de la fédération. C’est pour le samedi 10 février 2018 à partir de 20h au Quai Blanqui à Alforville(94). Pendant deux heures, nous allons faire un dîner gala en traversant Paris sur une péniche. J’invite à travers Afrikipresse tous les ivoiriens et amis de la Côte d’Ivoire à nous rejoindre sur la péniche pour encore valoriser la culture ivoirienne » a-t-elle lancé.

Philippe Kouhon
Afrikipresse.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment