09232017Headline:

Côte d’Ivoire : Fraude à l’université F HB: Des enseignants faussaires épinglés/Leurs noms

université de cocody

Fraude dans l’enseignement supérieur: Des enseignants présumés faussaires épinglés

Le ministère de la Fonction publique interpellé

Camara Fantaha Herman, enseignant chercheur à l’Ens, et Sidibé Daouda, enseignant en biosciences à l’université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, sont dans l’œil du cyclone du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Le premier a été épinglé par l’Unité de lutte contre le racket et déféré à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (Maca) pour ”faux et usage de faux”, ”faux commis dans certains documents administratifs”, ”usage illégal du sceau administratif”, et ”fraude fiscale”. Selon un confrère de la place, pour se soustraire aux formalités administratives liées à la gestion de ses véhicules de transport en commun, il fabriquait de faux documents, en complicité avec sa sœur cadette. Quant au second, il détiendrait un diplôme de Doctorat obtenu le 26 février 2011, en pleine crise post-électorale. Ce diplôme qui ne serait d’ailleurs pas dans les archives de l’administration ivoirienne, tombe sous le coup de l’ordonnance n°2011-007 du 14 avril 2011 qui déclare nuls et non avenus “les ordonnances, arrêtés, règlements, ainsi que les décrets et décisions pris par ou sous l’autorité de l’ancien président de la République et de son gouvernement depuis le 4 décembre 2010”. Faut-il le souligner, c’est au nom de cette ordonnance, que plusieurs concours organisés dans la période du 4 décembre 2010 au 11 avril 2011, en pleine crise post-électorale, ont été annulés, après la prise effective du pouvoir par le président Alassane Ouattara. Ainsi, tous les candidats qui avaient été déclarés admis à ces concours ont vu leurs résultats annulés. Face à ces cas de fraudes, le ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative est interpellé. Faut-il rappeler, à cet égard, que dans le cadre de la moralisation de l’Administration publique, ce ministère a entrepris plusieurs actions, notamment l’audit des fichiers initié par le ministre Gnamien Konan, qui a abouti à sortir de l’administration tous ceux qui avaient de faux diplômes. D’ailleurs, au Conseil de Discipline de ce ministère, on suit de près ces deux dossiers. Une source dans cette structure que nous avons eue au téléphone a soutenu que le ministère de l’Enseignement supérieur n’a pas encore saisi celui de la Fonction publique en tant qu’employeur de tous les fonctionnaires. Et d’ajouter : « Nous pourrions nous saisir d’office si aucune réaction ne vient du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique en vue de faire la lumière sur ces deux affaires ».

Y.D

L’inter

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment