10182017Headline:

Côte-d’Ivoire/Prétendue collaboration avec Soro/ La bloggeuse Yehni Djidji se defend

djidji blogueuse

La bloggeuse a nié travailler avec le président de l’Assemblée nationale.

Dans sa dernière parution, le périodique français La Lettre du Continent (LC) a fait un gros plan sur l’équipe de communication web du président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro. Parmi les membres de ce staff, LC a associé l’écrivaine et bloggeuse Yehni Djidji. En réaction à cette sortie du média français, elle a produit un démenti dont copie nous a été transmis ce lundi 30 novembre 2015.

Suite à la publication d’une information erronée me concernant dans la Lettre du Continent n° 718 paru le 25 Novembre 2015, dans l’article « Côte d’Ivoire Pris dans la toile, Soro déploie sa Task force 2.0 », disant que j’avais été recrutée sur la toile pour magnifier l’action du chef du Parlement ivoirien, j’ai entrepris la démarche de leur faire parvenir un erratum, le 28 Novembre 2015, refusant de croire qu’un journal sérieux puisse offrir délibérément des informations fausses à son lectorat. Voici la réponse que j’ai reçue du rédacteur en chef de la lettre du continent ce même jour:

« bonjour, disons que votre blog est très favorable au PAN. Cdt. FI».

Ce message laconique comme réponse à mon erratum, montre d’une part le manque cruel de professionnalisme de cet organe de presse, d’autre part l’absence totale de preuves et d’arguments pour défendre leur point de vue, mais mieux encore que la mention de mon nom dans cet article était un acte délibéré perpétré à des fins connues d’eux seuls.

Non seulement je ne me reconnais nullement dans une série d’articles qui permettraient de cataloguer mon blog de « très favorable » au PAN mais quand bien même ce grossier mensonge serait vrai, en quoi est-ce que être favorable veut dire être recruté ou employé pour une fonction de griot en ligne ?

Je suis blogueuse mais également écrivain. J’ai toujours pensé que le rôle de l’écrivain différait de celui du journaliste en ce que si le premier invente de toutes pièces, crée des histoires fictives et croustillantes par la seule force de son imagination, le second a un devoir de vérité, de recherches pointues et d’investigations poussées, tenu tant par la déontologie et l’éthique de son métier que par le respect le plus élémentaire de l’intellect de ses lecteurs.

Grande fut donc ma surprise de constater que la Lettre du Continent, que j’ai découvert d’ailleurs à la faveur de ses propos diffamatoires, ait choisi ses colonnes pour s’adonner à un tel exercice de fiction.

A toutes fins utiles, je précise et rappelle que je n’ai jamais été une employée du Président de l’Assemblée Nationale. D’ailleurs, parmi les 1162 articles disponibles sur mon blog, ceux parlant du parlement ivoirien et de son premier responsable se comptent sur les doigts de la main. Travailler pour lui étant loin d’être un crime, je n’aurai pas de scrupules à l’admettre si ce grossier mensonge devenait un jour vérité.

Pour l’instant, je continuerai de mettre un point d’honneur à transcrire avec le plus d’impartialité possible mon regard sur le monde et de prêter ma voix aux causes que j’estime nobles et démocratiques, comme je le fais depuis 2008. Mon blog étant ouvert et disponible à l’adresse www.yehnidjidji.com, chacun pourra constater que les allégations de la Lettre du Continent sont totalement et purement infondées.

NB:J’ai fait parvenir un droit de réponse à la Lettre du Continent ce 30 Novembre 2015 et reste dans l’attente de leur réaction.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment