11202017Headline:

Exclusif /Goudé ( Magic System ) parle de son épouse : « On veut m’arracher ma femme libanaise.. oh »

Le groupe magic sustem est composé de quatre membres. A’Salfo, le lead vocal, la tête pensante du groupe et les trois autres, « les danseurs » que sont Manadja, Tino et Goudé. C’est ainsi que de nombreux observateurs voient, à tort ou à raison, les quatre « Gaous » d’Anoumanbo, présent actuellement à Abidjan, dans le cadre des préparatifs du FEMUA. Occasion pour nous de dérouler notre Tapis Rouge à Goudé, le second lead du groupe.

A part le FEMUA que vous préparez, quelle est l’actu de Goudé et de ses autres « Gaous » ?

Nous sommes là pour un mois, le temps d’organiser le Femua 10 qui aura lieu du 25 au 30 avril prochain à Anoumanbo et à Adiaké. Nous préparons aussi la grande tournée africaine qui marquera nos 20 années de carrière, anniversaire qui se déroulera à travers des concerts prévus dans 15 grandes capitales Africaines.

Après 20 ans de carrière quel bilan personnel pouvez-vous faire, vous Goudé ?

Le bilan que je fais, est très positif. Notre carrière musicale m’a permis de connaître de nombreuses personnes, de nombreux pays, grâce à nos concerts, d’apprendre beaucoup de choses… Par la grâce de Dieu, tout va bien pour ma famille et moi.

Etes-vous vraiment satisfaits quand vous regardez dans le rétroviseur ?

Je suis satisfaits comme tous les membres du groupe, d’ailleurs. Nous sommes partis de rien, nous vivons à Anoumanbo dans des conditions précaires. Aujourd’hui tout va bien. C’est pour toutes ses raisons que nous avons inities le Femua , afin d’améliorer les conditions de vie des populations et permettre à nos petits frères d’aller à l’école dans de bonnes conditions. Grâce au Femua, nous avons construit plusieurs écoles.

Qu’est ce que vous faites exactement dans l’organisation du festival ?

J’en suis d’abord un membre fondateur et commissaire Général Adjoint du Femua. Mon rôle est de recevoir les festivaliers et de veiller à ce que leur séjour se passe dans de bonnes conditions. Afin qu’ils gardent un bon souvenir de leur passage en Côte d’Ivoire et au Femua. Jusque-là par la grâce de Dieu tout se passe bien. Je profite de l’opportunité que vous m’offrez pour remercier tout le village d’Anoumanbo, la chefferie traditionnelle, les guides religieux et toutes les populations qui nous soutiennent.

Vous personnellement, combien pensez-vous financièrement aujourd’hui, vu qu’on a l’impression que c’est A’Salfo seul que reviennent l’argent, la gloire et les honneurs ?

C’est confidentiel. C’est ma vie privée. Dans les cas, je ne me plains pas. Je mène tranquillement ma vie grâce à la musique… Et même si j’arrête la musique aujourd’hui, je peux vivre tranquillement avec ma femme grâce à mes économies. Mais pour l’heure, je suis membre de Magic System et mon travail c’est la musique. Dans la vie, un homme doit savoir ce qu’il fait. Quand tu décides d’emprunter un chemin, il faut aller jusqu’au bout. J’ai décidé d’être chanteur parce que je le voulais. Si demain le groupe n’existe plus, je continuerai dans la musique ou dans le showbiz. En produisant des artistes ou en créant des studios d’enregistrement. Dans la musique, il n’y a pas de retraite.

Vous rêviez de devenir footballeur. Avez-vous des regrets aujourd’hui ?

Aucun regret. Dieu ne fait rien au hasard, il ne faut donc pas forcer le destin. C’est vrai qu’il y a beaucoup d’argent dans le foot, mais dans la musique aussi, il en a… je regret pas du tout d’être chanteur.

Dans le groupe Magic System, comment les choses sont reparties ? qui fait quoi ? Qui gagne quoi ?

A’salfo est le lead vocal. Moi je suis le deuxième lead et le percussionniste. Manadja fait la doublure vocale, et le chœur et chante. Tino également. Chacun a son pourcentage sur les titres, chacun de nous à un titre qui lui revient.

Comment faites-vous pour les compositions ?

Les gens seront certainement étonnés, mais nous ne composons pas de chassons. Nous improvisons. Dans une improvisation intelligente, le texte sort. Et c’est à partir du texte que nous faisons des mélodies. C’est cela notre secret et notre force, car c’est cela même l’essence du Zouglou.

Comment sont repartis les gains des spectacles ?

Pour les spectacles, chacun a son cachet selon les gains… Le staff, les musiciens et autres… Et tout se passe bien.

Vous êtes l’un des rares ivoiriens a avoir épousé une libanaise. Il se raconte que c’est parce que c’est Goudé de Magic System qu’elle a accepté de vous épouser.

C’est la vie… c’est une femme que j’ai rencontrée et que j’ai abordée… C’était dur au départ, mais après, elle à accepté. Je ne pense pas qu’elle ait accepté parce que je suis membre de Magic System. Si elle était portée sur l’argent, elle n’aurait jamais accepter de sortir avec moi. Je sais de quoi je parle, les gens aiment ma femme libanaise. De Hautes personnalités de ce pays voulaient me l’arracher. Elles lui ont fait des avances mais elle leur a dit non…

Un mot à l’endroit de Popito, votre batteur décédé l’an dernier…

La mort de Popito nous a vraiment peinés. C’était un grand artiste, et c’est lui qui avait recruté tous les musiciens du groupe. Sa mort nous avait sérieusement déstabilisés, mais nous sommes resté fort pour lui. En pensant à lui car il était notre chef d’orchestre. Popito est toujours avec nous, il nous soutient.

Votre conclusion

Merci à tous les fans de Magic System. Sachez que nous nous battons au quotidien, pour vous faire plaisir. Nous ferons tout pour que la 10e édition du Femua soit une réussite. Puis nous irons dans plusieurs pays pour faire la fête avec vous, les « magiquephiles »

bpchannel

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment