07222017Headline:

EXclusif-Marya Adé se dévoile: ”Je ne suis pas une sainte…

marya ade

Sept (7) ans après ”Expressions”, sorti en 2008, Marya Adé marque son retour sur la scène musicale ivoirienne avec ”Destinée”. Une œuvre dont le titre exprime toute la volonté de la Chantre de se consacrer entière à l’adoration de son Dieu. Interview-vérité sur tout ce qui a jalonné ces années d’absence.

Cela fait 7 ans que vous avez disparu du monde du Showbiz. Et vous revenez avec ”Destinée”, votre nouvel album. Pourquoi avoir mis tout ce temps ?

C’est vrai que j’ai mis quelques années de silence ; mais je me disais qu’il fallait, au moment où je suis encore jeune, faire de mes études et de ma formation, une priorité. C’était une sorte d’investissement pour mon avenir. Mais après, je me suis rendue compte qu’en plus des études, avec la chanson, je faisais du bien à des personnes autour de moi. Mais je n’ai jamais pensé qu’après avoir fait de grandes études, couronnées par un BAC+5, j’allais me consacrer à la musique. Jusqu’à ce que Dieu m’emmène à comprendre qu’il m’a emmené à pouvoir gérer ces deux choses depuis toute jeune parce que c’était cela ma destinée.

C’est donc ce qui explique le titre de l’album ?

Oui tout à fait. Je veux aussi dans un 2e temps, permettre à tous ceux qui écouteront cet album, de trouver leur destinée. Personne n’est dans ce monde par hasard. Seulement, il faut être sensible à Dieu pour qu’il nous emmène à trouver et à comprendre notre destinée.

C’est dire qu’aujourd’hui, Marya a décidé de se consacrer à Dieu et à mettre ses diplômes de côtés ?

Oui, vous avez bien compris. Je vis maintenant dans le don et l’abnégation de soi. Je vis en Dieu, pour Dieu et je fais ce qu’il veut que je fasse pour lui. Je me dis que je suis allée à l’école pour avoir certains diplômes et connaissances que je mettrai au profit de Dieu. Aussi, avec ma mère, nous nous mettons ensemble pour mettre en place quelques structures. Nous avons déjà commencé des choses qui nous permettent de fonctionner. Cela aussi nous aide à nous occuper des charges de l’orphelinat. C’est donc dire que je travaille, mais à mon propre compte. Ce qui me permet de mieux m’organiser pour gérer ma carrière musicale. Il faut dire que cela n’a pas été facile pour moi. J’ai eu des propositions d’emploi alléchantes que j’ai du refuser pour me consacrer à la musique. Il fallait cela pour me permettre de faire mon ministère.

Si l’on vous demandait de présenter cette œuvre…

”Destinée”, c’est un album de 9 titres avec différentes sonorités musicales et des paroles très fortes. Toutes les chansons parlent de ce que Dieu veut pour nous. Je me dis que la vie chrétienne va crescendo. Donc, au départ, on souhaite que Dieu nous donne des choses. Mais à un niveau de spiritualité, quand on devient héritier, on souhaite faire ce que Dieu nous demande. Et là, on demande à Dieu de nous montrer ce qu’il veut que nous fassions pour lui. C’est à ce point-là que nous sommes arrivés avec ”Destinée”. Il y a beaucoup de maturité sur le plan musical. Quand l’on écoute l’album, ça fait grandir. Et moi, cela me fait beaucoup de bien de savoir que des gens sont touchés par mes messages.

La maturité aussi se fait sentir dans le côté vestimentaire. Qu’est ce qui s’est passé ?

(Rires aux éclats) C’était une manière pour moi de faire preuve de créativité et pour dire aux ivoiriens que la petite Marya a grandi. Le temps passe vite et j’ai la grâce de grandir sous les yeux des Ivoiriens. J’avais 14 ans lorsque je débutais et je m’habillais selon mon âge. Mais aujourd’hui, je suis une femme et il me faut adopter un autre style. Et j’ai commencé à aimer le pagne et du coup, je contamine tous ceux qui sont autour de moi.

Cette contagion est aussi musicale, puisque votre jeune sœur aussi chante..

Chez nous, tout le monde chante. Je pense que cela vient de mon père qui chante aussi et aime beaucoup la musique. Donc, cette fois, c’est lui qui nous a contaminé.

Côté cœur, qui partage votre vie aujourd’hui ?

A cause de toutes mes activités, pour le moment, je suis seule. Mais ce ne sera pas ainsi tout le temps. Ce n’est nullement une invitation pour dire que je cherche une âme sœur. Je le veux ainsi pour des raisons personnelles. Pour le moment, je me consacre à Dieu, à ma carrière et à mes activités.

Que devient donc votre relation avec Excell ?

(Elle éclate de rires) Nous avons de très bons rapports. Il est juste un ami et nous nous entendons bien, tout comme avec tous les chantres ivoiriens d’ailleurs. Il est marié et nous sommes en contact.

Il y a eu des informations aussi sur une grossesse…

(Elle prend un air sérieux) cela m’a fait trop mal. Il y a eu de nombreuses rumeurs sur mon compte et j’ai fini par me dire que les gens croiront toujours ce qu’ils voudront. Que ce soit vrai ou faux. C’est ce qui explique le fait que je n’aime pas m’attarder sur ces histoires. Mais comme vous me posez la question, je veux être clair. Non, je n’ai jamais été enceinte. Et même si cela avait été le cas, j’aime trop les enfants et je crains trop Dieu pour me permettre d’aller faire un avortement. J’étais aux Etats-Unis lorsque j’ai reçu l’information. Mais je vais vous dire aujourd’hui qu’il n’en était rien du tout. J’ai commencé tôt la musique et cela a eu pour avantage de me forger une carapace. Je me suis dit que cela peut être du à un excès d’amour de la part de mes fans.

Le milieu des chantres est plein de scandales. Comment expliquez-vous cela ?

Il est difficile pour moi de donner un avis sur ce fait parce que moi j’ai la grâce d’avoir de bons pasteurs. Je ne suis pas nécessairement sainte, mais le fait d’avoir pour parents spirituels mes parents biologiques est un avantage non négligeable. Je partage tout avec eux et même s’il y a des tentations, ils savent me recadrer. Sinon, il est facile de vaciller. Nous, Chantres, avons besoin de prière et de soutien car il n’est pas facile de faire le ministère de chantre.

Si une jeune femme venait vous demander des conseils parce qu’elle envisage de devenir Chantre. Que lui direz-vous ?

Je lui demanderai d’avoir d’abord une bonne relation avec Dieu, ensuite, je lui demanderai si elle est sûre qu’elle a été appelée à faire ce ministère ou alors c’est pour la célébrité, car il n’y a rien dans la célébrité. Plus tu es célèbre, plus tu donnes car tu dois être parfait à chaque moment. Je lui demanderai aussi si elle aime vraiment la musique et si elle est passionnée de la chanson. Si elle veut faire la musique religieuse genre gospel ou alors être chantre et faire le ministère et enfin, si elle est prête à se soumettre à une autorité. Si elle répond par l’affirmative à tout cela, à partir de ce moment seulement, on parlera de la voix et de tout ce qui suit.

Entre Marya Adé et sa mère, l’on sent une complicité tellement forte que pendant vos prestations, elle ne tient pas en place. Qu’est ce qui explique cela ?

Les gens voient plutôt l’image où moi je chante et qu’elle assiste ; ils ne voient pas celle où elle prêche et que moi j’assiste. C’est un amour équilibrée car nous sommes des amies.

En dehors des scènes, comment vous définissez-vous à la maison ?

Je suis une jeune femme ordinaire qui gère la maison, qui fais la cuisine et qui vit normalement. J’aime regarder la télévision et bavarder.

Qu’est ce que vous aimez manger ?

Sauce Copê (gombo faite à l’ivoirienne) avec du placali.

Combien d’enfants souhaiterez-vous avoir ?

Deux ou trois enfants et de préférence des jumeaux.

Solange ARALAMON

Star Magazine

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment