10192017Headline:

Kéké Kassiry : Il a dit “oui” à la mère de dj Arafat

tina et kassiry

Après la perte de ses instruments de musique partis en fumée en 1997 et une longue traversée du désert, l’artiste Kéké Kassiry vient de monter un nouveau groupe baptisé “Passion”. Avec ses 8 musiciens, il prépare la sortie prochaine d’un maxi-single, suivi d’un album d’une douzaine de titres en 2016.

 

L’homme qui  a aujourd’hui 61 ans, semble avoir repris aussi goût  à la vie. Après sa rupture avec Tina Glamour. Il vit avec quelqu’un d’autre. Mais, tiens, tiens, Kassiry voit toujours Tina. Et ils ont entonné ensemble l’amour, sur une belle chanson intitulée “Lovers”. De quoi susciter des interrogations auxquelles le parrain du “Gnaman-Gnaman” répond dans cette causerie.

  • Tu viens de monter un nouvel orchestre ?

– Tout à fait. Depuis le début de l’année, j’ai un nouveau groupe composé de 8 musiciens. On répète régulièrement dans deux studios à Marcory et à Koumassi. On tourne déjà. On a donné deux concerts récemment au Ménékré-Café aux Deux- Plateaux-Angré. Le public a beaucoup apprécié et ça nous encourage à aller de l’avant.

  • Dis, pourquoi le groupe s’appelle “Passion” ?

– J’ai choisi ce nom parce qu’il résume ce qui caractérise en premier lieu un vrai musicien, un vrai artiste. C’est la passion. C’est un métier de passion et le reste vient après. Si on n’est pas passionné, on ne peut pas l’exercer. On va abandonner. Plus encore sous nos cieux, parce que la vie de l’artiste est vraiment difficile.

  • Mais là, après des périodes de vaches maigres, tu sembles renaître …

– Oui, on peut le dire. Parce que je n’avais plus d’instruments de musique pour jouer véritablement. Or l’artiste, ce sont les spectacles qui le font vivre. Avec mes droits d’auteur et la pension octroyée par l’Etat, j’ai pu reconstruire un nouveau groupe pour tourner. C’est mon grand retour sur scène.

  • Cela annonce certainement d’autres bonnes nouvelles à l’horizon, côté album ?

– Effectivement. Je prépare un maxi-single de 4 titres qui va sortir d’ici la période des fêtes de fin d’année. Il précède mon nouvel album d’une douzaine de titres prévu en 2016.

  • Toujours fidèle à l’afro-funk ?

– Bien sûr, c’est mon beat. Plus les sonorités ivoiriennes et africaines.

  • La danse Gnaman-Gnaman a contribué largement à ton succès dans les années 80. Fera-t-elle toujours partie de ta chorégraphie ?

– Evidemment. Je n’ai pas oublié le Gnaman-Gnaman. Parmi les mélomanes et la population ivoirienne, il y a de nombreux adeptes du Gnaman-Gnaman. On le vérifie partout pendant les séries retro où mes titres sont joués. Les gens se lèvent spontanément et exécutent les pas de Gnaman-Gnaman. Nous l’avons constaté aussi avec beaucoup de plaisir pendant nos concerts au Ménékré-Café. Il y avait de l’engouement et de la nostalgie. C’était beau. C’est une création des jeunes ivoiriens, des Ziguehis. Il faut continuer de la valoriser.

  • Pendant que tu reviens sur la scène, tu as fait un duo il n’y a pas longtemps avec ton ex-compagne, Tina Glamour, sur une chanson d’amour. Ça n’a pas manqué de faire jaser?

– (Rire). Je m’y attendais et elle aussi. Vous savez, Tina est une belle femme. Il y a eu des sentiments très forts entre nous. On a vécu maritalement. On a eu une fille, Carla. On s’est séparés. Ça fait partie de la vie. Mais l’estime et le respect mutuel demeurent entre nous (Ndlr : à cet instant précis de l’entretien, il reçoit un coup de fil de Tina). Donc, quand elle m’a sollicité pour faire un duo sur cette belle chanson d’amour, je lui ai dit oui. J’ai accepté volontiers. Car, je ne peux pas refuser ça à Tina. En plus, c’est dans le cadre du travail. Et c’est une grande chanteuse. C’est avec un réel plaisir que j’ai interprété la chanson “Lovers” avec elle. On va tourner le clip aussi bientôt.

  • La proximité avec un “ancien feu” peut parfois réserver des surprises. Et si une étincelle enclenchait le feu de l’amour qui a existé entre vous ?

– (Rire) Noon ! Ce qui est passé est du passé. Je vois Tina. On a gardé de très bonnes relations. Et c’est bénéfique pour l’éducation de notre fille Carla. On ne parle plus d’amour charnel. On s’estime tout simplement. Il n’y a rien d’autre derrière. Après l’amour, ce n’est pas la guerre. Car la vie continue.

  • Kass s’est-il alors recasé ?

– Bon, j’essaie de refaire ma vie. Je ne me suis pas encore remarié officiellement, mais je vis avec quelqu’un.

  • Donc, tu n’es pas un cœur à prendre ?

– (Rire). Oh, mon cœur est tellement gros, qu’il peut supporter beaucoup de choses. C’est tout ce que je peux dire.

  • Une idée de ta progéniture ?

– J’ai 6 filles et 2 garçons. J’ai également trois petit-fils. Mon deuxième garçon, Gilles Aimé, s’essaie à la musique. Il fait du couper-décaler et du RNB.

  • Tes projets à court et moyen terme ?

– D’abord, sortir mon maxi-single. Ensuite, préparer l’album. Puis, fêter en 2016 mes 35 ans de musique.

Par Eric Cossa

topvisages

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment