11242017Headline:

l’Ambassadeur Agalawal :Regardez «Ma coiffure est celle de l’émergence»

agalawal-emergence

L’humour ivoirien se porte bien. A preuve, l’Ambassadeur Agalawal, l’un de ses acteurs, a été l’invité de l’émission + d’Afrique sur la chaîne Canal+. Une émission qui sera diffusée le 9 janvier. Cette exclusivité a été délivrée à Le Sursaut par l’humoriste dans le cadre d’un entretien.

Premier constat, Agalawal, votre nouvelle coupe de cheveux. A quoi répond-elle ?

Ne soyez pas effrayé. Agalawal est un artiste qui a l’esprit d’initiative et d’innovation. J’ai plus d’un tour dans mon sac. Quand il y a une nouvelle tendance, il faut s’y adapter. Je me suis coiffé ainsi car la situation l’exigeait. Ce sont les Dj (disc jockeys Ndlr) qui ont commencé. Je n’ai rien demandé. Depuis longtemps, les gens font ‘tecktonik’ dans ce pays. Je n’en ai pas encore fait. Et je les ai prévenus. J’ai dit : «Haa, ce que vous avez commencé-là, vous êtes sûrs que si nous tous, on rentre dedans, vous pouvez supporter ?» Et ils ont tellement insisté que j’étais obligé de rentrer dedans. Mais au moment où je voulais faire pour moi, je me suis rendu compte qu’il y avait une désertification sur ma tête qui battait son plein. Il fallait donc procéder à une vaste opération de reboisement. C’est ce qui est là. Grâce à la Sodefor (Société ivoirienne pour le développement de la forêt, Ndlr), j’ai planté quelques cheveux sur ma tête. C’est ‘tecktonik’ aussi. Mais en même temps, c’est la coiffure de l’émergence. La coiffure qui va devant. Celui qui est fâché aussi, il peut l’appeler le poulet piqué. Quand tu portes ça et que tu invites une fille, elle te respecte.

Après le spectacle Bonjour 2015, certains spectateurs ont dit ne pas être satisfaits. Pour eux, les humoristes sont à court d’inspiration. Qu’en pensez-vous ?

Je trouve que c’est un peu insultant de dire cela. Les spectateurs sont libres de leurs opinions. Mais je ne crois pas qu’ils aient dit cela. Celui qui le dit n’était pas à Bonjour 2015. Le hic, c’est que l’année passée, ce sont les mêmes critiques que j’ai lues dans les journaux. Malheureusement, on ne dit jamais que l’organisation a été mauvaise ou que les organisateurs qu’on connaît tous n’ont pas pris toutes les dispositions pour que les artistes puissent jouer. On ne dit jamais que le public n’était pas dans de bonnes conditions. Mais, on est toujours pressé de dire que les artistes n’ont pas été à la hauteur. Je ne suis pas d’accord avec cette manière de voir les choses. J’estime que c’est méchant visà- vis des artistes. Ils ont fait des efforts pour apporter un peu de bonne humeur à la population en ces temps difficiles. L’on gagnerait à nous encourager qu’à nous dénigrer. Et si les spectateurs n’étaient pas satisfaits, ils ne seraient pas venus cette année. Je suis persuadé que si l’on devait reprendre le spectacle demain, le même public reviendrait. Car il a trouvé satisfaction. Même si cette opinion était fondée, Agalawal a été à la hauteur. Je ne dis pas que je suis le meilleur. Mais j’ai confiance en ce que je fais. Au-delà des frontières de la Côte d’Ivoire, les gens m’invitent partout. 

Le Sursaut

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment