02242020Headline:

Le lancement de la première édition du marché international des artisanes (MIA)

Le lancement de la première édition du marché international des artisanes (MIA) s’est tenu le mardi 11 février 2020 à Abidjan dans la commune de Cocody. Pour Angbi Nina Bouabré, Commissaire générale dudit marché et Présidente du réseau des femmes artisans de Côte d’Ivoire (REFACI), l’artisanat est un métier noble.

Ferdinand Digbeu, responsable en effet du service projet et formation représentant le président de la chambre nationale des métiers de Côte d’Ivoire (CNMCI), tout en réitérant le soutient de sa structure au REFACI et au MIA, il a signifié l’importance de l’artisanat dans l’économie ivoirienne. «Notre structure continuera toujours de vous soutenir dans vos initiatives. L’artisanat dont vous faites la promotion a aujourd’hui une place de choix dans l’économie ivoirienne. Alors notre devoir en tant que structure, c’est de vous accompagner dans votre démarche».

Pour Angbi Nina Bouabré, le MIA a pour objectif de promouvoir l’artisanat et encourager l’entrepreneuriat féminin. «Former et encourager les femmes à formaliser leur structure pour les aider à sortir de la précarité et de la dépendance financière», tel est l’objectif du marché. Selon la commissaire générale, le MIA est une occasion pour les femmes artisanes de montrer ce qu’elles savent faire.

LE MARCHÉ INTERNATIONAL DES ARTISANES

« Au MIA, ce ne sont pas des commerçants qui vont venir exposer. Ce sont les artisanes elles-mêmes qui vont venir montrer ce qu’elles savent faire. Les prix seront donc étudiés. Nous y travaillons». Poursuivant, elle a également ajouté que le choix de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan vise un double objectif : «L’université représentante pour nous un cadre adéquat pour exposer nos produits. Il n’y a pas meilleur lieu que le temple du savoir pour montrer à la population ivoirienne que les femmes sont capables de se prendre en charge.

Nous voulons également susciter l’entrepreneuriat chez la jeune fille. De nombreuses jeunes filles s’adonnent à ce métier en ne sachant pas que c’est une carrière qu’elles peuvent lancer. Nous voulons leur montrer que l’artisanat peut nourrir son homme. Nous en sommes une preuve».

L’ARTISANAT, MÉTIER NOBLE
Concernant le programme du MIA, Angbi Nina Bouabré a indiqué: «Notre activité se tiendra en 5 jours; du 4 au 8 mars. Les journées tourneront autours des expositions, des panels, des formations, échanges et des rencontres B to B. Mais nous aurons des temps forts qui sont la cérémonie d’ouverture. La journée de la région à l’honneur et le Gala de bienfaisance (gala de clôture) où les fonds seront recueillis au profit des enfants malades du cancers». Puis d’ajouter : « Le 8 mars étant la journée internationale de la femme, elle sera également festive».

Pour cette première édition du MIA, la région de la Marahouè au Centre- Ouest de la Côte d’Ivoire sera mise à l’honneur. « Ça sera l’occasion pour nous aussi de découvrir le terroir de la Marahouè. Habillement, mets, beauté féminine etc. Nous ferons le tour de la région de la Marahouè tout en étant à Abidjan ».

Concernant le caractère international du Marché, Angbi Nina Bouabré a indiqué que les artisanes du Mali, le Burkina Faso et le Niger seront de la partie. Notons que le secteur de l’artisanat regroupe huit branches d’activités. Notamment l’Agroalimentaire, le textile, l’art, le soin corporel, l’audio visuel et communication, le bois, la mécanique(électricité, métaux) et la construction métallique. Environ 250 artisanes sont attendues à ce rendez-vous.

Lire sur afrik soir

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment