01172017Headline:

L’ivoirien David Youant : discret patron d’une agence de presse indépendante et innovante

david youant

Lauréat du 2e Prix francophone de l’innovation dans les médias, l’Ivoirien David Youant est un patron de presse moderne. Il a créé à 28 ans Alerte Info.net, une agence de presse spécialisée dans la production et la diffusion de l’actualité par le numérique. Parcours étonnant, celui de ce journaliste africain qui a su renouveler son métier en s’inspirant des nouveaux modes de consommation et d’accès à l’information. Portrait.

David Youant… retenez ce nom. Cet Ivoirien de 38 ans est sans doute en train de révolutionner les habitudes de consommation de l’actualité sur le continent africain.

Créateur de Alerte Info.net, la toute première agence de presse en Afrique spécialisée dans la production et la diffusion de l’actualité par SMS et sur le web et application mobile pour Smartphones, David Youant n’est pas un patron de presse classique. L’homme a les yeux brillants du pionnier explorant l’univers en pleine évolution des nouveaux médias, à la recherche de concepts et d’outils qui lui permettront de consolider son offre en la rendant encore plus irrésistible aux yeux des abonnés actuels et potentiels de son entreprise numérique. Les modes contemporains de consommation et d’accès à l’information dont il a fait son terrain d’élection depuis dix ans n’ont plus aucun secret pour lui. Aussi, le jury du tout nouveau prix francophone de l’innovation dans les médias ne s’y est pas trompé en l’incluant dans leur première fournée de lauréats.

C’est d’ailleurs avec une fierté légitime que l’Ivoirien a reçu à Paris, le 16 mars dernier, des mains de la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Michaël Jean, le 2e prix de la première édition du « Prix francophone de l’innovation dans les médias », décerné conjointement par l’OIF, Reporter sans frontières (RSF) et Radio France Internationale (RFI). Des trois lauréats à être distingués ce jour-là par cette récompense destinée à encourager des initiatives novatrices dans les médias, le fondateur d’Alerte info.net était le seul entrepreneur implanté sur le continent noir. En acceptant le prix, David Youant n’a pas manqué de souligner ce détail, rappelant combien c’était important pour lui et ses collaborateurs, cette « reconnaissance internationale de notre sens de l’innovation et de créativité, notre professionnalisme et notre modèle économique qui prospère dans un environnement concurrentiel et précaire en Afrique ».

Une révolution copernicienne
Innovation, créativité et professionnalisme, telle pourrait être la devise de cette agence. Fondée à Abidjan il y a dix ans par trois jeunes journalistes, Alerte Info a bousculé l’approche de l’actualité dans une région trop longtemps à la traîne des médias occidentaux. « Lorsque nous avons décidé de lancer avec nos fonds propres notre agence de production et diffusion d’actualité par SMS, il n’y avait pas beaucoup de concurrents sur la place d’Abidjan, ni à Paris d’ailleurs, se souvient le patron de presse. La pratique de la diffusion de l’actualité par téléphone était encore à ses balbutiements sur le continent africain, comme en Europe. »

« Tout a commencé lorsque j’ai été recruté par l’AFP à Abidjan, poursuit David Youant. C’est à cette époque que j’ai eu l’idée de créer une agence de presse pour particuliers. J’étais dans le métier depuis longtemps. Je connaissais beaucoup de gens haut placés. J’avais constaté que certains décideurs connaissaient beaucoup de choses dans leurs domaines, mais ils n’étaient pas informés de ce qui se passait dans les autres domaines, et encore moins dans les autres pays. Je me souviens d’avoir informé un conseiller de Laurent Gbagbo du coup d’Etat qui venait d’avoir lieu en Mauritanie. Que la présidence ne soit pas informée de l’actualité, cela m’avait beaucoup surpris, car je pensais naïvement que les décideurs étaient au courant de tout, et en temps réel ! »

La réflexion a mûri. Le projet aussi. « Lorsqu’on s’est revu chez moi avec mes deux amis pour parler du projet, mon portable s’est mis à sonner dans la salle de bain d’où je sortais, raconte le fondateur d’Alerte Info. « Eureka ! », avons-nous crié tous les trois, quasiment en choeur. Le téléphone portable était bien sûr la réponse à la question qu’on se posait sur le support à utiliser pour cette agence de presse qu’on envisageait de créer. Les gens dorment avec leur téléphone portable à côté de leur lit, ils vont courir avec, ils sortent dîner avec le smartphone dans la poche. Quoi de plus pratique que le téléphone portable pour toucher les destinataires de nos futures dépêches. On avait trouvé l’astuce, on était content. Cela dit, je ne sais pas si nous avions pris conscience de la révolution quasi copernicienne qui était à l’œuvre dans le secteur des médias à l’époque, à la faveur de l’arrivée sur le marché de nouvelles technologies de communication. »

Secrets du succès

Toujours est-il qu’Alerte Info.net est bien le produit de la révolution dont parle son patron. Force est de constater que cette dernière lui a plutôt réussi, puisque, en dix ans d’existence, le Groupe a essaimé avec trois bureaux en Côte d’Ivoire (Abidjan, Yamoussoukro et San-Pedro) et des filiales formellement implantées au Burkina Faso depuis 2009, au Cameroun depuis 2010, au Mali depuis 2014 et au Sénégal depuis l’année dernière. Le Groupe emploie à plein temps une trentaine d’employés dont une quinzaine de journalistes. Ses abonnés sont des hommes d’affaires, diplomates, cadres du privé et du public, membres de gouvernements et du système des Nations unies, officiers des forces armées, médias, religieux. « Nous sommes particulièrement fiers, déclare David Youant, d’avoir emporté en juillet 2015 pour la troisième fois consécutive, l’appel d’offres de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci), consistant à fournir l’actualité générale sous forme d’alertes SMS aux agents de la mission onusienne. »

Pionnier dans la diffusion de l’information par SMS, Alerte Info est aussi présente depuis 2014 sur le web et sur l’es applications pour smartphones, ce qui lui permet de proposer à ses abonnés des informations en format texte, mais aussi audio et/ou vidéo en langue française, avec le même principe des SMS. Avec un chiffre d’affaires qui se situait en 2015 à 130 millions de francs CFA (soit 200 000 euros) et qui est en hausse depuis deux ans, l’entreprise a le vent en poupe.

Quel est le secret de ce succès ? « Instantanéité, explique le fondateur du Groupe. Nous avons su profiter de la révolution numérique qui permet aux médias d’aller vers leurs destinataires sans que le public ait à faire l’effort d’aller à la recherche de l’information. Cet accès à l’information en temps réel que rendent possible le numérique explique sans doute que la presse écrite qui a toujours un train de retard est en train de se casser la figure. »

Membre de différentes commissions dans son pays sur l’avenir des médias, David Youant raconte avec une voix lourde de regret le déclin de la presse papier. Sans doute parce que, comme beaucoup de gens de sa génération, il y a débuté sa carrière de journaliste. Avant cela, il était étudiant en linguistique et se proposait de pourchasser « la subjectivité dans les titres de la presse écrite ivoirienne », dans le cadre d’une thèse de doctorat jamais soutenue. « Je ne suis pas devenu linguiste ni d’ailleurs militaire ou footballeur, des métiers qui me faisaient rêver quand j’étais jeune. Mais mes très proches amis voient dans mon style managérial de patron de presse tiraillé, semble-t-il, entre le goût pour le jeu et la rigueur militaire, des vestiges de rêves inaccomplis. »

rfi.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment