08212018Headline:

Lutte contre la pauvreté: La fondatrice de la Foa, Maïmouna Faber, soutenue par le ministre Sidi Tiémoko Touré

La fondatrice de la Foa, Maïmouna Faber, soutenue par le ministre Sidi Tiémoko Touré

Un réseau national de groupements féminins de divers secteurs d’activités, qui se veut une solution contre la pauvreté en milieu féminin, vient de voir le jour. Il s’agit de ‘’Femmes, objectif autonomisation’’ (Foa). Les activités de cette organisation fondée par Maïmouna Koné-Faber, conseillère spéciale du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, ont été lancées, le samedi 14 juillet 2018, au Ran-Hôtel de Bouaké. A cette occasion, le ministre de la Communication et des médias, Sidi Touré, a salué la capacité de mobilisation des femmes, l’esprit d’initiative et l’engagement citoyen de la collaboratrice du chef du gouvernement pour aider à la vulgarisation des programmes mis en place pour accompagner les femmes en vue de leur épanouissement. « Mme Faber est une femme engagée. Pendant les années de braise, elle a été présente pour faire le plaidoyer en faveur des femmes. Là où elle agit, son engagement est total et n’est pas mesuré. Son engagement est plein et entier », a-t-il rendu hommage.

Puis, le nouveau ministre de la Communication s’est réjoui de la mise en place de ce réseau qui s’inscrit dans la dynamique de la promotion des actions gouvernementales en faveur du bien-être de la femme. «Mme Faber a bien raison. Aider une femme, c’est aider une famille, un village, une ville, un pays. Le gouvernement qui l’a si bien compris, a mis en place des programmes et des fonds dans différents ministères. Mais, le gouvernement seul ne peut pas tout faire. Cet appui pour aider à faire connaître les fonds et programmes gouvernementaux est hautement salutaire. Nous y adhérons totalement », a ajouté Sidi Touré.

Bien avant, la présidente-fondatrice, Maïmouna Koné-Faber, expliquait que sa ‘’solution’’ vise à booster l’autonomisation de la femme ivoirienne. A la pratique, il s’agira, d’une part, de mettre en réseau les groupements féminins membres pour capter les opportunités de financement pour exécuter leurs projets générateurs de revenus. Et d’autre part, de créer un cadre de rencontres et d’échanges pour le développement de leurs activités. « La Foa se veut une approche innovante dans la lutte contre la pauvreté. A travers le réseau constitué, les femmes vont être informées davantage sur les opportunités offertes par le gouvernement à travers des fonds, des programmes d’assistance et des formations dédiés à leur autonomisation. Elles vont être orientées vers les structures de financement ». Il s’agira, a-t-elle poursuivi, de mettre en place un réseautage national pour créer le contact entre les femmes en vue de faciliter et développer les échanges de produits et de pratiques pour tirer profit de leurs activités.

Mme Faber a salué son patron Amadou Gon pour son adhésion spontanée à son projet et l’appui dont elle a bénéficié pour la mise en oeuvre. « Malgré ses lourdes charges de la conduite de l’action gouvernementale, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly m’a accordé du temps pour présenter le projet et m’a apporté son soutien pour sa mise en œuvre. Cela montre qu’il est foncièrement attaché à la situation de la femme et veut apporter des réponses concrètes aux différents problèmes des femmes. C’est une motivation pour relever le pari de la création à travers la Foa, d’une chaîne d’amitié et de solidarité entre les femmes issus de groupements des différentes contrées de notre pays », précisait Mme Faber.

« Merci d’être revenue à Bouaké, ton village pour lancer ta solution pour nous aider à nous épanouir », traduisait Mme Zito, au nom des femmes des groupements qui ont pris d’assaut le Ran-Hôtel.

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment