12142017Headline:

Mme Irène Vieira Directrice générale du Burida crache ses vérités à Koffi Olomidé

 koffi olomidé
Affaire Koffi Olomidé/ Mme Irène Vieira dit ses vérités: « C’est regrettable qu’un artiste censé être un modèle se comporte comme un hors la loi

Interrogée ce vendredi 29 juillet à Cocody lors de l’Assemblée Générale des sociétaires du Burida, Mme Irène Assa Vieira, DG de cette institution, a dit sa part de vérité sur l’affaire Koffi Olomidé.

Mme Vieira, Directrice générale du Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida) a d’entrée marqué son indignation devant l’acte de Koffi Olomidé qui l’a condition à la prison de Makala à Kinshasa. Elle trouve regrettable qu’un artiste censée être un modèle se retrouve dans des pétrins pareils. Car déplore-t-elle, ce registre dans lequel s’est inscrit Koffi Olomidé est loin d’être le sien. « C’est dommage qu’un artiste se retrouve dans des registres qui ne devraient pas être les siens, par exemple dans les actes délictuels où il est poursuivi pour coups et blessures volontaires ou violence et voie de fait, je ne pas trop mais toujours est-il qu’il a déployé une certaine violence vis-à-vis d’une de ses danseuses », fait-elle savoir. À l’en croire, l’artiste se doit d’être un modèle dans la société et non se comporter comme un hors la loi. « C’est tout à fait regrettable qu’une star, un artiste qui devrait être un modèle pour la société se retrouve au banc de cette société-là parce que lui-même il commet des actes qui sont hors la loi », se désole-t-elle.

Pour la directrice générale du Burida, les malheurs de Koffi Olomidé en ce moment devraient donner à réfléchir à plusieurs artistes qui par moment se prennent pour « des demi-Dieu ». « Je pense que tout ce qu’il (Koffi Olomidé) est en train de subir devrait lui servir de leçon à tous les artistes qui doivent comprendre que le fait qu’ils soient adulés, qu’ils soient considérés comme des demi-Dieu ne fait pas d’eux de véritable demi-Dieu », conseille-t-elle. « Nul n’est au-dessus de la loi », ajoute-t-elle. C’est pourquoi, les exhorte-t-elle à se comporter comme de véritables modèles sans pour autant penser que leur notoriété leur donne droit de tout se permettre.

Toutefois, Mme Irène Vieira pense qu’on ne devrait pas aussi vite jeter la pierre à Koffi Olomidé qui, précise-t-elle, est avant tout un mortel et donc à même de pouvoir commettre des fautes. Car elle estime qu’il y a beaucoup de méchanceté dans le traitement de l’affaire Koffi Olomidé. « D’un autre côté, je dis aussi que ce n’est pas parce que c’est un artiste qu’on devrait être plus sévère avec lui qu’avec le commun des mortels parce que tous ceux qui jettent la pierre aujourd’hui à l’artiste doivent savoir que l’artiste est avant tout un mortel et donc peut commettre des fautes », a-t-elle déploré.

Et Mme Vieira d’ajouter que cet acharnement contre Koffi Olomidé n’a pas lieu d’être, tout le monde commettant des fautes. « D’ailleurs, nous tous, nous en commettons et ce n’est pas parce que c’est un artiste que nous devons être plus violents que ça. Mine de rien, nous avons assisté à un lynchage médiatique de l’artiste », soutient-elle. Avant de demander qu’on puisse pardonner à Koffi Olomidé. « Un artiste c’est un être humain comme tout le monde, il lui arrive donc de commettre des fautes et de la même manière qu’on peut pardonner à un homme qui bat sa femme, on peut également pardonner à un artiste qui a commis une faute », a-t-elle tranché.

Présenté en audience ce vendredi matin devant un juge à huis-clos, la demande de liberté provisoire formulée par les avocats de Koffi Olomidé a été rejetée. Il est donc retourné dans sa cellule de Makala.

Philip KLA
 linfodrome.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment