06202018Headline:

Patrick Okonkwo alias Chaka Adebayor, l’homme le plus fort de Côte d’Ivoire “Les femmes veulent me toucher”

chaka

Depuis le 27 avril 2013, Patrick Okonkwo alias Chaka Adebayor est ‘’l’homme le plus fort de Côte d’Ivoire’’. Il a été couronné à l’issue du concours dénommé, ‘’l’Homme le plus fort de la Côte d’Ivoire’’ (HFCI) organisé par l’Association Ivoirienne des Sports de Force (AISF), présidé par M. Roger Angoua Koffi.

Ce colosse de 120 Kg pour 1,95 m a soulevé deux mallettes de 110 Kg chacune, déplacé un pneu de Caterpillar de 415 Kg, tiré avec une corde un minicar (Gbaka) de 22 places avec passagers à bord, etc.

Il s’est classé premier à toutes les épreuves. Depuis, Chaka est devenu une vraie coqueluche dans la ville, et l’objet de curiosité. Les femmes le ‘’traquent‘’, même les homosexuels sont dans la danse. «Pour les femmes, je peux comprendre, mais les homosexuels ça me dépasse», lâche-t-il, en rigolant. ‘’L’homme le plus fort de Côte d’Ivoire’’ lève un coin de voile sur sa vie.

• Comment va Chaka Adebayor ?
– Ça va très bien, je pète la forme.

• Comment tu te sens avec ce titre après quelques mois de ton mandat ?
– Je me sens bien dans ma peau. A chacune de mes sorties dans la rue, on m’interpelle de partout. On me dit, ‘’Chakazoulou ‘’, tu es vraiment ‘’l’homme le plus fort ‘’. C’est un énorme plaisir pour moi. Je profite de l’occasion pour dire merci également à tous ceux qui m’ont soutenu pendant ce concours et M. Roger Angoua Koffi, l’organisateur.

• Te considères-tu comme un super homme ?
– Non, je suis l’homme le plus fort tout simplement. Parce que les annonces sont passées à plusieurs reprises dans les médias pour le lancement du concours. Tous ceux qui pouvaient postuler se sont manifestés. Pour la phase des présélections, on était 60 athlètes et 12 ont été retenus pour la finale, que j’ai gagnée dans toutes les épreuves. Donc, c’est normal que je porte avec fierté ce titre.

• Tu dois faire peur aux gens maintenant non ?
– Oui, les gens ont peur de moi, lorsqu’ils me voient dans la rue. Certains pensent que je suis méchant ou violent. Or, il suffit de m’approcher pour comprendre que je suis très simple et sans histoire. Sinon, Dieu a donné la force à tout le monde, il faut l’utiliser intelligemment.

• Certains te provoquent-ils parfois ?
– Si, je suis l’objet de provocations au quotidien. Mais je ne réagis pas, parce que je ne suis pas un homme à palabres.

• Es-tu un pratiquant d’arts martiaux ?
– Non, je ne fais que la musculation, du body, c’est tout.

• Qu’est-ce qui t’a motivé à participer à ce concours ?
– Le Bodybuilding est une discipline que j’aime beaucoup. Donc, me présenter à ce concours, c’était une manière de montrer aux yeux de tous, que c’est ma passion.

• Quel a été ton secret pour gagner ?
– (Rire) Il n’y a pas de secret, encore moins de fétiche. Mon seul secret, c’est que je me suis donné à fond dans mes séances d’entraînements. Je savais que le squat (le poids) de la compétition faisait 200 kg, je me suis exercé avec celui de 250 kg. Voici comment j’ai travaillé pour gagner ce concours.

• Tu ne te serais pas dopé par hasard ?
– (Il rit) Non, pas du tout. Et puis, une personne qui ne fait aucune séance d’entraînement, même si elle se dope, peu importe la dose, elle n’ira nulle part. Parce que son organisme n’est pas habitué à cela. Je ne crois pas à ce genre de chose.

• Avec ta masse, que faisais-tu comme activité avant de devenir ‘’ l’homme le plus fort’’ ?
– J’étais chauffeur de gros camion parce que je ne suis pas allé loin dans les études.

• Et depuis ton titre, que fais-tu ?
– Présentement, je n’ai aucune activité, parce que j’avais tout abandonné avant la compétition. Donc, pour l’instant, je cherche du travail. On m’appelle champion partout, mais je ne vis pas de ça. La conduite est très épuisante. Désormais, je veux être garde du corps de personnalités, jouer dans des films, des publicités, etc.

• Quel est le regard des hommes et des femmes sur toi aujourd’hui ?
– Hormis les provocateurs, il y a des hommes qui m’approchent pour demander ce qu’il faut faire pour avoir ma forme. Et je leur donne des astuces. Mais sérieusement, les femmes me fatiguent, en voulant à chaque fois me tripoter les biceps. Je suis obligé de céder pour leur faire plaisir.

• Certaines ne te draguent-elles pas ?
– Ça, c’est tout le temps. Elles veulent sortir avec moi, mais quand je sens leur intention, je trouve une stratégie pour leur dire que je suis occupé.

• As-tu déjà reçu des avances des homosexuels ?
– (Rire) Là, on n’en parle même pas. Je pouvais comprendre qu’une femme fasse des avances à un homme. Mais je suis étonné que le nombre d’homosexuels qui me courtisent dépasse les femmes. (Il rit encore aux éclats). Vraiment, je ne sais quoi faire avec eux.

• Comment fais-tu pour décliner leurs propositions ?
– Après m’avoir fait des compliments, ils m’invitent souvent dans les restaurants ou en boîte de nuit. Je leur donne des faux rendez-vous. Donc, leurs plans n’aboutissent pas.

• Les ‘’Gnanhis ‘’ ne t’ont pas fait aussi des propositions de voitures, villas, argent ?
– En fait, je suis casanier. Je ne sors pas beaucoup. Donc les ‘’Gnanhis ‘’ n’ont pas vraiment l’occasion de me voir.

• Quel est ton genre de femme ?
– J’aime la femme grande, qui a le même gabarit que moi, avec un gros postérieur.

• Il paraît que les hommes baraclés comme toi ont un petit “kiki”. Est-ce vrai ?
– (Il rit aux éclats). Effectivement, c’est ce que les gens racontent. Mais je ne peux pas vous dire la taille ou la forme de mon sexe. En tout cas, Dieu ne m’a pas oublié. Il m’a doté selon la norme des choses.

• Es-tu un cœur à prendre ?
– Pas du tout ! J’ai eu deux enfants, avec une femme qui m’a beaucoup soutenu. Ce n’est pas le moment de l’abandonner, sous prétexte que je suis l’homme le plus fort de Côte d’Ivoire. Si tout se passe bien, je compte l’épouser bientôt.

• Qu’est-ce qui a changé véritablement dans ta vie après ce concours ?
– A part la reconnaissance dans la rue et les relations, il n’y a pas eu un grand changement dans ma vie. Je me bats pour m’en sortir.

• Quels sont tes projets ?
– J’ai la trentaine. Je veux faire du bodybuilding et du catch de façon rofessionnelle. Je rêve de m’installer en Europe à l’instar du Ghanéen Kofi Mensah, qui fait du catch.

Source topvisages

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles