03302017Headline:

Samuel Eto’o vendait des bananes pour survivre / il a vécu de rudes moments …

etoo banane

Samuel Eto’o. Fils d’Eto’o. Ce n’est pas avec une cuillère en or dans la bouche qu’il est né. Ses parents ne roulaient pas dans l’or. L’enfant a donc vécu de rudes moments. Quotidien de de tout jeune de Douala. En plus il a avait une forte envie de réussir. Quand c’est le cas, les difficultés deviennent plus corsées. Un enfant né dans la pauvreté mais qui ne fait pas trop de rêves a moins de défis à relever, il va de soi. Comme ce n’était pas le cas de Samuel, il a dû traverser bien d’épreuves. Travailler dur dans les champs pour avoir de quoi se payer un voyage en bateau. Destination Marseille. Eto’o l’a réussi sauf que dès qu’il met les pieds dans la cité phocéenne, il va être expulsé. Sans papier qu’ il’ était. Retour à Douala. Il intègre un centre de formation. Ce club va l’envoyer à Nantes pour un essai. Voilà Eto’o une fois encore en France. La chance de sa vie ? Hélas.

L’essai à Nantes n’est pas concluant. Samuel doit retourner au Cameroun. Ça, il refuse. Il fuit le regroupement et se retrouve dans les rues de Nantes. Avec « mon accent camer » comme il le dit lui-même. Dieu est grand ; une jeune fille, patronne d’un salon de coiffure est dans les parages. Georgette qu’elle s’appelle. Eto’o trouve un domicile et les moyens de subsistance. Ainsi que les possibilités de faire des essais. Aujourd’hui à force de persévérance, le mari de Georgette est milliardaire. « A nous deux, nous avons plus de 70 milliards dans notre compte » dit il. Pour en arriver, Samuel a vu des verts et des pas verts. Il a souffert. Il a travaillé dur. Il a cru en ses chances et n’a pas dormi.

UN EXEMPLE. MERCI ETO’O

BLEDSON MATHIEU

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment