07182024Headline:

Richesse par habitant: Le Sénégal et le Cameroun rejoignent la Côte d’Ivoire et la Mauritanie devant le Nigeria en 2023 (Cermf)

Dans une étude publiée le 25 juin 2024, le Centre d’études et de réflexion sur le monde francophone (Cermf) indique que les performances économiques du Cameroun et du Sénégal leur ont permis de passer devant le Nigeria en termes de richesse par habitant en 2023.

Ces deux pays rejoignent ainsi la Côte d’Ivoire et la Mauritanie qui avaient déjà damé le pion au géant pétrolier nigérian. Camerounais et Sénégalais ont réussi cette prouesse « malgré leurs très faibles richesses naturelles en comparaison avec celles du Nigeria », précise l’étude.

« Ainsi, le Sénégal et le Cameroun ont rejoint la Côte d’Ivoire et la Mauritanie qui avaient récemment dépassé le Nigeria, grâce à des taux de croissance annuels de 6,5 % et 3,2 %, respectivement sur les dix dernières années, et avec une accélération récente pour la Mauritanie », disent les experts du Cermf.

Ils expliquent qu’il s’agit « d’une évolution due à un dynamisme économique largement supérieur depuis de nombreuses années. Et qui concerne également d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, dont le Bénin et la Guinée qui devraient aussi dépasser le Nigeria en 2024 ».

La publication s’appuie également sur des données chiffrées. « Selon les dernières données semestrielles fournies par le Fmi, en avril dernier, le Sénégal et le Cameroun affichaient respectivement un Pib par habitant de 1 730 et 1 710 dollars en 2023 contre 1 690 pour le Nigeria. Ainsi, ces deux pays rejoignent la Côte d’Ivoire et la Mauritanie qui avaient dépassé le Nigeria en 2020 et en 2021, respectivement et dont le Pib par habitant s’élevait à 2 570 et 2 380 dollars en 2023 », peut-on lire.

Dans le détail, le Cermf est allé chercher les fondements de « grande performance due à un dynamisme économique plus ».

On peut lire : « Cette évolution constitue une performance assez impressionnante compte tenu des maigres richesses naturelles non renouvelables du Sénégal et du Cameroun en comparaison avec celles du Nigeria, premier producteur africain de pétrole et troisième pour le gaz naturel. En effet, et à titre d’exemple, le Cameroun a extrait en moyenne 20 fois moins de pétrole au cours de la décennie 2014-2023 (et près de 23 fois moins en 2023, avec une production d’environ 54 000 barils par jour, seulement, contre un peu plus de 1,2 million), tandis que le Sénégal avait une production encore inexistante en la matière. Ce dernier a ainsi réussi l’exploit de dépasser le Nigeria avant même de commencer à produire la moindre goutte ou le moindre mètre cube d’hydrocarbures, dont l’extraction vient tout juste de commencer ».

C’est donc une grande performance qui résulte donc d’un dynamisme économique supérieur, et qui s’est naturellement traduit par une croissance économique bien plus forte au cours des dernières années.

En effet, et sur la période décennale 2014-2023, la croissance économique annuelle a été de 5,3 % en moyenne pour le Sénégal et de 3,9 % pour le Cameroun, alors qu’elle n’a été que de 2,0 % au Nigeria, selon l’étude.

What Next?

Recent Articles