12142018Headline:

Alpha Blondy attaque…: « Les saboteurs ont voulu faire croire que le reggae était seulement une affaire de marijuana »

Interrogé par BBC Afrique, Alpha Blondy s’est prononcé sur l’inscription, jeudi 29 novembre, du reggae de Jamaïque sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.
Le reggae inscrit au patrimoine immatériel de l’Unesco, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

C’est un grand honneur pour nous tous faiseurs et amoureux de reggae. Cela veut dire qu’il y a des oreilles attentives qui ont compris le message que nous véhiculons depuis des années.

Peut-on lier cette reconnaissance de l’Unesco aux valeurs que prône le reggae notamment la liberté des peuples, l’engagement et la bonne gouvernance ?

Bien sûr, voilà pourquoi le reggae n’est pas une musique de mode parce que la misère n’est pas une mode, parce que la souffrance des peuples n’est pas une mode, parce que l’injustice n’est pas une mode et Dieu aussi n’est pas une mode. Donc quelque part, l’épine dorsale de cette musique, c’est Dieu. Lui qui a créé ce monde que nous glorifions. Et en même temps, c’est dénoncer les travers des politiques, non pas méchamment mais faire des critiques constructives pour que les politiques prennent conscience de ce qu’ils ont oublié ou omis de faire. Mais pendant longtemps, on a voulu enfumer le message du reggae et les saboteurs ont voulu faire croire que c’était seulement une affaire de marijuana. Non, c’est au-delà de la marijuana.

Est-ce que cette reconnaissance peut redonner de l’intérêt au reggae et changer la vision parfois négative portée sur cette musique ?

Bien sûr, ça changera le regard des autres, les sceptiques. Mais, nous les faiseurs de reggae, on n’a jamais douté encore moins failli à notre mission. On continuera donc notre mission et notre bout de chemin. On ne prendra certes pas la grosse tête toutefois, on reste humbles et fiers devant cette reconnaissance de l’Unesco. Cela veut dire que le travail que nous faisons est bien.

Le reggae est souvent associé au rastafarisme et à un style de vie, les dreadlocks, le bonnet mais aussi la marijuana. Pour vous, c’est quoi le reggae ?

Moi, ce qui me faire rire c’est que ceux qui prétendent parler du côté illégal de la marijuana sont ceux-là même qui encouragent l’alcool. Comment peut-on comparer une herbe dans laquelle le gars se sent bien ? Il n’a pas envie de tuer, ni de voler, il ne fait que fumer ça. Mais celui qui boit de l’alcool et qui conduit une voiture et qui va créer un accident dans lequel des familles sont détruites, lui, il a le droit de faire ça parce que les États prennent de l’argent et des taxes. La cigarette dont on parle, combien de gouvernements ont pensé à l’interdire pourtant il est prouvé qu’elle est à l’origine de plusieurs cancers. Celui qui veut fumer, c’est son droit et celui qui veut boire l’alcool, c’est aussi son droit. Nous n’avons pas à juger. Mais de grâce, qu’on ne détruise pas les vies de quelques jeunes ou adolescents parce qu’ils ont fumé un joint.

Cela veut-il dire que vous encouragez la consommation de la marijuana ?

Je n’encourage rien du tout, ni l’alcool ni ça. Moi, je ne fume pas mais ce n’est pas pour autant que je vais laisser qu’on brise des vies des jeunes parce qu’ils ont fumé un joint.

On a l’impression que le reggae est un style musical délaissé par des générations de musiciens aujourd’hui. Est-ce que cette reconnaissance de l’Unesco peut redonner de l’intérêt à cette musique ?

Le reggae n’a jamais été délaissé. Ce n’est pas une musique de mode. Moi, je fais des concerts à travers le monde mais c’est tout le temps bourré. Nous faisons quelque chose avec le cœur, avec notre foi en Dieu et notre foi en l’humanité. Voilà ce qui nous encourage.

Comment se porte aujourd’hui le reggae en Afrique ?

Le reggae se porte très bien. La preuve, je vais faire un concert au Palais de la Culture et vous pouvez venir voir.Le reggae n’est pas dans le sensationnel….

On n’est pas là-dedans parce que déjà nous sommes des êtres sensationnels faits par un Dieu sensationnel.

Quelle est aujourd’hui l’actualité de la star internationale Alpha Blondy ?

Je suis à Abidjan.

Interview retranscrite sur BBC Afrique par Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

abidjan.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment