02232018Headline:

Chris Brown : fait quelques déclarations plutôt surprenantes, sur Jay Z et se confie également sur Rihanna et Karrueche.

christ and rihana

Chris Brown a accordé une interview au magazine JET pour le numéro qui sera disponible le 14 octobre.

Le chanteur y fait quelques déclarations plutôt surprenantes, sur Jay Z et se confie également sur Rihanna et Karrueche.

 

Sur le fait qu’il est sous les projecteurs depuis au moins 10 ans :

J’essaie de saisir le concept d’être un mec normal parfois. Mais quand vous commencez à chanter de façon professionnelle à 14/15 ans… Je regarde en arrière, j’ai seulement 24 ans, mais je commence à me sentir vieux. Je n’essaie pas d’être jeune ou plus âgé. J’essaie juste d’avoir mon âge et je me déplace avec le temps.

 

Sur son embrouille avec Jay Z :

Sans manquer de respect, parce que je suis un fan, personne ne relève le fait que [Jay-Z] a poignardé quelqu’un et a vendu de la drogue. Il a obtenu un laissez-passer.

 

Sur son embrouille avec les médias :

Les médias sont pleins de journalismes jaunes (sorte de journalisme ou de presse qui présente des nouvelles de faible qualité et qui mise sur des techniques tape-à-l’œil afin, notamment, de mieux vendre*). Beaucoup de choses que je dis, ils vont le retourner. Au lieu de mettre en avant toutes les choses positives que je fais, ils vont faire ressortir le négatif et en tirer une histoire.

 

Concernant ses relations avec Rihanna et Karrueche :

Les relations sont la partie la plus difficile. C’est pourquoi j’ai été honnête avec ces deux filles et je l’ai mis sur cette vidéo. Mon ex et moi avons rompu en raison de la «situation» et elle avait évolué. Je suis tombé amoureux d’une autre fille. Puis mon ex est revenue, je me suis dit, ‘Qu’est-ce qu’un homme doit faire?’. Je leur ai dit la vérité à toutes les deux. Je n’ai pas fait le bouffon.

 

Concernant l’affaire Trayvon Martin :

Je m’identifie à Trayvon à 100% puisque nous sommes en 2013 et nous devons toujours faire avec le racisme flagrant. Cette génération est tellement habituée au racisme que c’est normal, nous ne nous en soucions pas. Nous n’en sommes plus à la drogue ou au sida, mais ils nous regardent toujours comme des négros.

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles