12192018Headline:

Depuis l’Institut national de la santé publique (Insp) où il est hospitalisé, Soumangourou Kanté confie et fait de grave révélation sur DJ Arafat.

Depuis l’Institut national de la santé publique (Insp) où il est hospitalisé, Soumangourou Kanté s’est confié à Linfodrome. L’animateur connu pour être sans histoire au cours d’un échange téléphonique dit tout sur cette matinée où il s’est vu tabasser, par surprise, par DJ Arafat. Entretien.

Qu’est-ce qui s’est passé ce petit matin-là pour que tu en arrives aux mains avec DJ Arafat ?

J’étais au Haut Niveau discothèque avec mon artiste aux environs de 05h du matin. On y était pour la promotion du single de mon artiste. Et comme j’avais des plateaux télé à faire le matin, je mettais régulièrement la pression sur mon artiste pour qu’on puisse rentrer à la maison au plus tard à 06h le matin. Notre sortie de la boîte aux environs de 05h30 a coïncidé avec l’arrivée de DJ Arafat dans le même établissement. Il y avait également Angelo Kabila avec Guy Pacôme Somian et Abou De Kabongo. On a échangé des poignées de mains. C’est après cet échange de civilités qu’Arafat est revenu à la charge me disant qu’il cherchait depuis longtemps le contact de mon artiste avec qui il souhaiterait collaborer. Je lui ai fait la promesse de prendre avec lui un rendez-vous pour mieux discuter mais tenait qu’on aille s’asseoir dans son salon pour discuter autour d’un pot. Mon artiste est donc allé s’asseoir dans son salon pendant que j’étais avec Angelo Kabila. À 06h, on était tous prêt à sortir de la boîte. En sortant, Arafat m’interpelle me disant qu’il a un souci avec moi qu’il doit impérativement régler.

Pour moi, il s’amusait. Puis de demander si je travaille avec Molare. Quand je lui ai signifié qu’effectivement je collabore avec Molare chez qui je suis un prestataire. À peine ai-je répondu qu’il s’est mis à m’injurier en disant que tous ceux qui travaillent avec Molare sont des maudits et des sorciers. Je lui ai donc fait savoir qu’il ne devait pas me parler sur ce ton parce que mon cadet. Il en rentré dans une colère noire en me faisant savoir que j’essaie de le défier devant les gens. Aussitôt fait-il un pas en arrière et le temps de me mettre à l’évidence qu’il enchaîne des coups de poing dans mon visage. Le temps de me ressaisir que ses gros bras sont venus attraper leur artiste pour le mettre dans sa voiture. Abou De Kabongo avec les gros bras du bar se sont interposés pour me calmer me demandant de laisser tomber. Et comme il était déjà matin, j’ai fait violence sur moi-même pour laisser tomber.

Dans état es-tu en ce moment ?

Après l’accalmie, je me suis rendu dans une clinique pour les premiers soins puisque je saignais du nez. Et c’est quand les praticiens ont fini leur travail que je me suis rendu au 22ème arrondissement pour relater les faits aux agents de police. Et actuellement où on parle, je suis à Insp à Adjamé pour des soins beaucoup plus approfondis.

Quelle suite comptes-tu donner à l’affaire ?

Pour le moment on retiendra que j’ai pris un OP à la police. Ma préoccupation actuelle c’est de faire tous mes examens. C’est donc après cette étape que je pourrai véritablement me prononcer. Je laisse donc le temps faire et voir évoluer les choses avant toute décision.

Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

hirts 2baby.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment