10232017Headline:

France /Liliane Bettencourt, femme la plus riche du monde, s’est éteinte à l’âge de 94 ans

Discrète et pudique, Liliane Bettencourt, héritière du groupe L’Oréal,est décédée ce jeudi à l’âge de 94 ans. A la fin de sa vie, elle s’était retrouvée au cœur d’un scandale politico-médiatique retentissant.

« La fortune est une chance. Il faut s’en servir pour donner à d’autres le moyen d’entreprendre », avait confié au Figaro cette femme discrète, qui refusait souvent les interviews. Liliane Bettencourt, la femme la plus fortunée au monde, et la 11e personne la plus riche avec une fortune estimée à 38,3 milliards de dollars américains, selon le magazine Forbes en 2016, est décédée ce jeudi à 94 ans.

Née le 21 octobre 1922 dans le très chic 7e arrondissement de Paris, elle était la fille unique d’Eugène Schueller, fondateur de la Société française de teintures inoffensives pour cheveux devenue depuis le groupe L’Oréal, et de Louise Doncieux, femme d’affaires.

Le 8 juin 1950, elle se marie à André Bettencourt, dirigeant du groupe L’Oréal et homme politique français, bref ministre des Affaires étrangères de Georges Pompidou.

Conflit familial

La carrière de Liliane Bettencourt chez L’Oréal était toute tracée : arrivée comme stagiaire en 1937, elle hérite du numéro un mondial des cosmétiques au décès de son père en 1957. En 1974, la famille Bettencourt protège le groupe d’une éventuelle nationalisation en réalisant un échange d’actions avec Nestlé. Depuis, L’Oréal n’a eu de cesse de se développer, en faisant entrer de nombreuses marques dans son giron. Liliane Bettencourt a quitté le conseil d’administration du groupe en 2012.

Après la mort de son mari en 2007, elle se retrouve associée à plusieurs scandales judiciaires. En décembre 2008, sa fille unique, Françoise Bettencourt Meyers porte plainte pour abus de faiblesse contre le photographe François-Marie Banier, que sa mère a rencontré au milieu des années 1980. Elle le soupçonne d’avoir largement profité de l’argent de sa mère, qui s’en défend, et demande la mise en tutelle de cette dernière. L’avocat de Liliane Bettencourt, Me Georges Kiejman, annonce le 28 août 2010 que celle-ci a révoqué, courant juillet, la qualité de légataire universel accordée à François-Marie Banier. Après des mois de querelle familiale étalée dans la presse, Liliane Bettencourt et sa fille annoncent leur réconciliation.

Des liens obscurs avec la campagne de Sarkozy

Pas de répit cependant pour l’héritière de L’Oréal, également mise en cause dans un vaste scandale politico-financier, l’affaire Woerth-Bettencourt. Des enregistrements réalisés par le majordome de la milliardaire, mettent en lumière en 2010 un possible financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Celui-ci aurait été orchestré par Eric Woerth, alors ministre du Budget et trésorier de campagne de l’ex-candidat UMP en 2007, et de son épouse Florence Woerth, qui travaillait pour la société gérant la fortune de Liliane Bettencourt. Nicolas Sarkozy bénéficiera finalement d’un non-lieu et Eric Woerth sera relaxé, mais l’affaire aura eu un retentissement tentaculaire dans la vie politique et médiatique française.

Cette enquête fait aussi peser sur Liliane Bettencourt des soupçons d’évasion fiscale. Son gestionnaire de fortune Patrice de Maistre affirme en juin 2010 qu’elle disposait de deux comptes non déclarés en Suisse, d’un montant total de 78 millions d’euros. Ces affirmations sont implicitement confirmées par Liliane Bettencourt, qui promet de régulariser sa situation fiscale.

Légion d’honneur 2001

Nouveau scandale en novembre 2011. Mediapart révèle que le fisc réclame à Liliane Bettencourt 77 752 139 euros au titre de l’impôt sur la fortune (ISF) pour les années 2004 à 2010 et, au titre de l’impôt sur le revenu, pour les années 2006 à 2009.

Liliane Bettencourt de L’Oréal est mise sous tutelle en octobre 2011, en raison de l’« altération de ses facultés cognitives ».

Son image écornée par les affaires, Liliane Bettecourt fut aussi une mécène de poids dans le domaine de la recherche médicale, de la culture et de l’humanitaire, par l’intermédiaire de la fondation Bettencourt-Schueller qu’elle avait créé avec son mari. Une action qui lui avait valu la légion d’honneur en 2001.

Ledauphine.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment