08142018Headline:

Interview: T-Rez crache ces vérités « le couper-décaler est une très bonne musique »

n attendant la sortie très prochaine de son album, la sublime T-Rez est à Abidjan dans le cadre de la promotion de son single « Bouleu-ba », un cocktail d’Afro zouk chanté en Attié. Celle qui a confié son destin musical à Alain Demari (pour la composition), David Tayorault, Freddy Assogba et Koudou Athanase (pour les arrangements) s’est confiée à Linfodrome. Dans une petite un entretien, la chanteuse lève un coin de voile sur sa vie privée, ses débuts dans la musique et sa carrière musicale.

Qui est T-Rez ?

Je suis une jeune artiste qui a débuté sa carrière musicale dans les années 90. J’ai eu vraiment la chance d’intégrer l’orchestre de la Rti et l’école de musique de l’Insaac.

T rez 2

Vous étiez donc au sein de l’orchestre de la Rti avec la génération de Chantal Taïba ?

Non, ce n’était pas la même génération. Moi, c’était plutôt dans les années 93 à 98.

Mais pourquoi avec un tel background, vous êtes pratiquement tombée dans l’anonymat ?

(Rire) À l’époque, c’était vraiment difficile pour moi. Je précise que j’étais apprenante quand j’étais à l’orchestre de la Rti. Je n’étais donc pas une chanteuse intégrée dans le groupe mais j’apprenais auprès de ces professionnels. J’estime que c’était une chance pour moi parce qu’en son temps, faire partie de cette équipe voulait dire qu’on était déjà une professionnelle aguerrie. Après ces années d’apprentissage, je suis partie en France en 1998. Et quand on arrive en France, il faut avoir les papiers, il faut se chercher avant de pouvoir faire autre chose ou de penser à sa passion.

Ce départ pour la France, c’était dans le cadre professionnel ou plutôt dans le cadre du mariage ?

C’est cela. Quand je suis arrivée, je me suis mariée. Après, je suis tombée enceinte et j’ai fait mon gosse. Il me fallait donc rester au foyer pour m’occuper de mon bébé et donc tout cela a fait que c’est plus tard que j’ai pensé à la musique.

T rez 5

On présume que si vous avez décidé de vous lancer véritablement dans la musique, c’est parce que vous n’êtes plus avec votre homme ?

Non, pas du tout. Mon fils a grandi et je me suis dit que le temps était venu pour moi de me consacrer à ma passion et pouvoir voyager librement.

Pour entamer cette carrière, vous aviez dû prendre des cours de chant pour vous mettre à jour ?

Au début, j’ai voulu intégrer des groupes pour réapprendre, avoir un coach vocal mais je ne pouvais pas avoir véritablement ce que je voulais vu que j’étais dans une petite ville. Je me suis donc contentée d’intégrer une chorale pour maintenir la voix.

Et c’est de là que part le déclic, n’est-ce pas ?

Effectivement, je me sentais prête pour aller en studio. Tout se passe bien avec des arrangeurs comme David Tayorault et Freddy Assogba et les musiciens. De cette collaboration voit le jour mon premier single qui parle de l’amour.

T rez

Est-ce parce que vous avez à nouveau trouvé l’amour que vous avez choisi ce thème ?

Tout le monde doit être amoureux, car ce n’est pas seulement être en couple. On doit être amoureux de son pays, de son frère ou sa sœur, ce qui éviterait beaucoup de guerres et de conflits dans le monde.

Parlant de votre vie de couple, est-ce qu’il y règne cet amour dont vous parlez ?

Bien sûr, c’est l’amour parfait et cela a toujours été ainsi. Je suis mariée à un Français.

Dans le couple, vous êtes plutôt femme soumise ou femme qui ne se laisse pas marcher dessus ?

Ça dépend ! (Rire). Quand il y a quelque chose qui ne va pas, il faut savoir le dire. La communication est très importante en ce sens. Le plus important est de ne pas rester un béni-oui-oui. Quand ça ne va pas, il faut donc savoir taper du poing sur la table et tout ça aussi l’amour.

T rez 4

Au foyer, T-Rez est-elle une femme qui aime se laisser entretenir par son homme ou plutôt une femme qui partage les tâches ?

J’aime beaucoup participer.

À votre avis, une femme artiste peut-elle être fidèle à son homme ?

Bien sûr qu’elle peut être fidèle. Moi, j’y crois.

Pensez-vous avoir ces qualités ?

Bien sûr que j’ai ces qualités ! Ce n’est pas parce qu’on fait de la musique qu’on va avec tout le monde, non ! Il faut qu’on arrête de penser ainsi dès qu’on voit une chanteuse en l’indexant comme une femme à hommes. Il y a des femmes dans le showbiz qui sont très fidèles.

Est-ce que vous êtes souvent draguée ?

Évidemment ! Mais, je suis toujours restée à ma place sans leur donner ce qu’ils recherchent.

Quel est votre genre d’homme ?

En terme de physique, un homme doit être très respectueux, ce qui est très important. À partir du moment où l’homme respecte sa conjointe, ça me va.

Accepteriez-vous facilement un homme respectueux sans fric ?

Il faut avoir un petit peu quand même ! Il en faut pour vivre sinon on nourrit comment les enfants, on les soigne comment ? Aujourd’hui, il faut un minimum parce que si je dis qu’il ne faut rien avoir dans la poche, cela va pousser certains hommes à être paresseux. Il faut travailler et un homme comme une femme doit se battre parce que malheureusement, il faut de l’argent pour vivre.

T rez 3

Pouvez-vous draguer un homme qui vous plaît ?

Non, je ne saurais pas le faire. Ce n’est pas de mes habitudes. Pour moi, c’est l’homme qui doit faire le premier pas. Peut-être si la personne me plaît, je peux être très gentille avec elle mais je n’irai pas jusqu’à le draguer. Je préfère le sens contraire, c’est encore mieux. Quand on me drague, j’ai plus confiance en moi et je sais que je plais.

Pourquoi le choix de votre code vestimentaire à la limite de la provocation ?

J’ai été ainsi non pas parce que je suis dans la musique aujourd’hui. Même avant que je ne rentre dans la musique, je me suis toujours habillée relaxe, simple. Je ne dirai pas que je suis trop provocante.

Au niveau des voix féminines de la musique, quelles sont les chanteuses qui vous inspirent ?

J’aime tout le monde et tout ce qui est bonne musique à l’instar de Charlotte Dippanda, Monique Séka….

Vous faites du Zouk à l’image de Monique Séka, vous chantez en Attié comme elle et vous avez également sa coiffure. Que représente-t-elle pour vous, un modèle, une idole… ?

Monique Séka est une très grande artiste que je respecte beaucoup mais encore je reviens sur ce look, j’ai toujours été comme ça. C’est peut-être une coïncidence sinon j’ai toujours été comme ça et on ne m’a jamais que je lui ressemblais.

Quels sont vos modèles donc ?

Monique Séka, Chantal Taïba, Aïcha Koné…, enfin toutes les anciennes qui nous font toujours rêver.

Pensez-vous pouvoir parvenir à faire une place dans la musique ivoirienne à l’instar de tous ces grands noms ?

Je le souhaite vraiment et je l’espère.

Le couper-décaler, qu’est-ce que vous pensez de cette musique ?

Le couper-décaler est une très bonne musique. J’aime bien cette musique mais ça dépend souvent des acteurs. Il y en a qui chantent très bien à l’image de Bébi Philip, Kedjevara… qui sont très mélodieux. Au niveau de la tendance féminine, il y a quelques unes qui me plaisent très bien comme Claire Bahi, Bamba Amy Sarah.

Quelles sont les valeurs à cultiver selon vous pour embrasser une bonne carrière musicale ?

Il faut d’abord respecter les aînés et puis ne pas trop se prendre la tête en sachant rester à sa place. On ne doit pas venir dans la musique en se donnant pour objectif d’effacer tel ou tel artiste.

Croyez-vous en un futur radieux pour la musique ivoirienne ?

Bien sûr que j’y crois. On continue de travailler, d’autres arrivent et je pense que chacun fait de son mieux pour rehausser le niveau de la musique ivoirienne. Personne n’imaginait un jour qu’un groupe ivoirien comme Magic System ferait le tour du monde pour dire qu’il faut toujours croire. Et moi, je crois en la musique ivoirienne et il faut bosser à fond car c’est ce qui paie.

T rez 7

Que devons-nous retenir de T-Rez ?

Je suis toute nouvelle dans le milieu et à ce titre je demande au public de me recevoir et m’accepter, de prendre le temps de me connaître en écoutant ma musique. Je ferai vraiment tout pour ne pas décevoir mon public.

Esther Lignon

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

afrikmag.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment