09262020Headline:

La liste des 10 personnes les plus puissantes du monde en 2018

Ces places sont attribuées en fonction des ressources humaines et financières dont la personne dispose, et de son influence sur les évènements mondiaux .

Découvrons ensembles ces personnalités qui ont fait boucher le monde en 2018.

N °1 Xi Jinping ( Secrétaire général du Parti communiste chinois )

Xi Jinping est un homme d’État chinois né le 15 juin 1953 à Pékin, actuel président de la république populaire de Chine.

Fils d’un compagnon de Mao Zedong, Xi Zhongxun, il adhère au Parti communiste chinois dans les années 1970 et y exerce ses premières fonctions dans les années 1980, connaissant des responsabilités de plus en plus importantes jusqu’à arriver aux portes du pouvoir. Du 15 mars 2008 au 14 mars 2013, il est vice-président de la république populaire de Chine sous le second mandat de Hu Jintao, dont il apparaît comme le successeur désigné.

Il est secrétaire général du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale de la Chine depuis le 15 novembre 2012 ainsi que président de la république populaire de Chine depuis le 14 mars 2013. Il est réélu pour un nouveau mandat le 17 mars 2018.

Sa présidence, structurée autour du concept de « rêve chinois », se distingue par une présence accrue de la Chine sur la scène internationale, une politique écologique volontariste, une réhabilitation plus assumée qu’auparavant de la culture traditionnelle chinoise et un renforcement radical de l’emprise politique et idéologique du Parti communiste sur la société, qui passe entre autres par une lutte de grande ampleur contre la corruption chez les cadres communistes ainsi qu’au sein de l’armée.

En raison de sa pratique du pouvoir très personnalisée, rompant avec l’effacement relatif de ses prédécesseurs, de son exaltation du sentiment national chinois et de sa mainmise totale sur le parti, Xi est souvent présenté comme le dirigeant le plus puissant et le plus autoritaire de Chine depuis Mao. À la suite d’une modification de la Constitution, il peut théoriquement rester président pour une durée indéterminée, alors que ses prédécesseurs étaient limités à deux mandats depuis 1998. Par ailleurs, la « pensée » de Xi Jinping est inscrite dans la doctrine et la constitution du parti communiste chinois, un privilège jusqu’ici réservé à Mao et Deng Xiaoping.

N °2 Vladimir Poutine ( Président de la Fédération de Russie)

Vladimir Vladimirovitch Poutine, né le 7 octobre 1952 à Léningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg), est un homme d’Étatrusse. Depuis 1999, il est la figure centrale de l’exécutif, alternativement comme comme président du gouvernement (1999-2000 et 2008-2012) et président de la Fédération (par intérim de 1999 à 2000, et de plein exercice de 2000 à 2008 et depuis 2012).

Officier du KGB, principal service de renseignement de l’URSS post-stalinienne, en poste à Dresde au moment de la chute du mur, il commence sa carrière politique à la mairie de Saint-Pétersbourg, puis devient l’un des plus proches conseillers du président Boris Eltsine, qui fera de lui le directeur du Service fédéral de sécurité en 1998, puis le président du gouvernement de la Russie l’année suivante.

À partir du 31 décembre 1999, à la suite de la démission de Boris Eltsine, il assure les fonctions de président de la Fédération de Russie par intérim. Il devient président de plein exercice le 7 mai 2000, après avoir remporté l’élection présidentielle au premier tour. Confortablement réélu en 2004, il mène une grande politique de réformes marquée par un redressement de l’économie nationale et une politique institutionnelle tournée vers une concentration des pouvoirs présidentiels.

En 2008, la Constitution lui interdisant de concourir pour un troisième mandat consécutif, il soutient la candidature de Dmitri Medvedev à la présidence. Une fois élu, ce dernier le nomme président du gouvernement. Dans la foulée, Vladimir Poutine prend la direction du parti Russie unie. Fréquemment accusé d’autoritarisme dans son exercice du pouvoir, il est pour la première fois significativement contesté à la suite des élections législatives de 2011.

Candidat à l’élection présidentielle de 2012 avec le soutien du président Medvedev, il l’emporte au premier tour et retrouve la fonction de président de la Fédération de Russie pour un mandat allongé de deux ans en vertu d’un amendement adopté en 2008. Au cours de cette période, il s’efforce de restaurer l’influence russe sur la scène internationale. D’une part, dans le cadre de la guerre du Donbass, à la suite d’un référendum contesté, il permet le rattachement de la péninsule de Crimée à la Russie, ce qui lui vaut des accusations de violation du droit international. D’autre part, il implique militairement la Russie dans la guerre civile syrienne, en soutien à Bachar el-Assad.

Il brigue un nouveau mandat lors de l’élection présidentielle de 2018, qu’il remporte dès le premier tour avec un score jamais atteint par un candidat lors d’un scrutin présidentiel de l’après-communisme (76,7 %).

N° 3 Donald Trump ( Président des États-Unis )

Donald John Trump, né le 14 juin 1946 à New York, est un homme d’affaires, animateur de télévision et homme d’État américain, président des États-Unis depuis le 20 janvier 2017.

Fils du promoteur immobilier Fred Trump, il travaille dans l’entreprise de son père pendant ses études à l’école de commerce de Wharton. Il prend en 1971 la tête de l’entreprise familiale, qu’il renomme The Trump Organization.

À partir des années 1970, il se constitue un empire immobilier et une notoriété grâce à des bâtiments prestigieux qui portent généralement son nom. Une partie de ses immeubles — dont plusieurs gratte-ciel, parmi lesquels la Trump Tower — se trouvent dans l’État de New York, mais il en possède également dans d’autres pays. Propriétaire de casinos, de résidences de luxe et de terrains de golf, il réalise par ailleurs de nombreux investissements dans divers domaines (sports, médias et concours de beauté notamment). Célébrité médiatique aux États-Unis dès les années 1980, impliqué dans le secteur du divertissement télévisuel, il est de 2004 à 2015 l’animateur de l’émission de téléréalité The Apprentice.

Il entre en politique dans les années 1980, et s’affilie alternativement au Parti démocrate, au Parti républicain et au Parti de la réforme, dont il brigue l’investiture pour la présidentielle de 2000 avant de renoncer. À nouveau affilié au Parti républicain à partir de 2012, il s’oppose à Barack Obama, dont il critique la politique et met en doute la citoyenneté américaine pendant cinq ans.

Candidat aux primaires républicaines de 2016, il voit sa personne et son discours cristalliser d’importantes oppositions et une vive attention médiatique. Malgré l’hostilité de l’appareil républicain, il remporte les primaires. Il mène une campagne atypique en s’appuyant sur une équipe réduite et en développant un usage intensif des réseaux sociaux. Se présentant comme un adversaire de l’establishment et du politiquement correct, il emploie un ton belliqueux, multiplie les contrevérités et les déclarations controversées, en particulier avec des propositions radicales visant à réduire l’immigration (construction d’un mur le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, moratoire sur l’entrée des musulmans aux États-Unis). Son discours est généralement considéré comme populiste, nationaliste, protectionniste et climato-sceptique.

Lors de l’élection présidentielle de 2016, sa victoire face à la démocrate Hillary Clinton déjoue la plupart des pronostics. Lors de sa prise de fonction, il devient le président américain le plus âgé et le plus riche de l’histoire, le premier à n’avoir jamais exercé précédemment de fonction politique ou militaire, ainsi que le cinquième à avoir gagné l’élection présidentielle américaine tout en étant devancé dans le vote populaire.

Pendant son mandat, il signe des décrets restreignant l’immigration, annonce le retrait des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat et de celui sur le nucléaire iranien, reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël, annonce le retrait des troupes américaines de Syrie et rétablit les relations avec la Corée du Nord. En matière économique, il réduit les prélèvements obligatoires, lance une guerre commerciale, visant notamment la Chine, et bénéficie de bons résultats en matière d’emploi. Son style de gouvernance inhabituel — en particulier sa communication offensive et fondée sur Twitter — contribue à susciter très fréquemment des polémiques aux plans national et international.

N° 4 Angela Merkel (Chancelière de l’Allemagne )

Angela Dorothea Merkel, née Kasner le 17 juillet 1954 à Hambourg, est une femme d’État allemande, membre de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et chancelière fédérale depuis le 22 novembre 2005.

Physicienne de formation, elle est élue sans discontinuer au Bundestag depuis 1991. Elle est ministre fédérale des Femmes et de la Jeunesse au sein du cabinet Kohl IV, de 1991 à 1994, avant de se voir confier le ministère fédéral de l’Environnement, de la Protection de la Nature et de la Sécurité nucléaire du cabinet Kohl V, jusqu’en 1998. Elle devient, en 2000, la première femme présidente de la CDU.

Après la victoire relative de la droite aux élections fédérales de 2005, elle est investie chancelière fédérale, formant une grande coalition alliant la CDU/CSU et le Parti social-démocrate (SPD). Elle est reconduite dans ses fonctions à la tête d’un gouvernement CDU/CSU-FDP en 2009, puis d’un nouveau gouvernement de coalition CDU/CSU-SPD en 2013 et 2018. Si elle bénéficie de résultats économiques jugés satisfaisants, elle est cependant fragilisée par sa politique d’ouverture des frontières lors de la crise migratoire en Europe et par le score historiquement faible recueilli par la CDU/CSU lors des élections fédérales de 2017. Ces élections débouchent sur une crise politique de six mois – une situation inédite dans l’Allemagne d’après-guerre.

Désignée à treize reprises femme la plus puissante du monde par le magazine Forbes, elle est longtemps perçue comme étant la personnalité politique la plus puissante de l’Union européenne.

N° 5 Jeff Bezos ( Président-directeur général d’Amazon )

Jeffrey Bezos, dit Jeff Bezos, né le 12 janvier 1964 à Albuquerque (Nouveau-Mexique), est un entrepreneur et investisseur américain dans les domaines des technologies et du commerce.

Il est le fondateur, principal actionnaire et président-directeur général (PDG) d’Amazon.com. L’entreprise a débuté dans la vente de livres en ligne, puis a élargi son offre avec de nombreux produits et services. Bezos est également le fondateur de l’entreprise aérospatiale Blue Origin, qui a réalisé ses premiers vols d’essai en 2015, et le propriétaire du Washington Post depuis 2013.

Il est devenu, depuis novembre 2017, la personne la plus riche du monde. Sa fortune est, en 2019 estimée à plus de 154 milliards de dollars américains1.

N °6 François ( Pape de l’Église catholique )

Le pape est l’évêque de Rome et le chef de l’Église catholique. Il est élu, après le décès ou la démission de son prédécesseur, par des cardinaux électeurs qui se réunissent en conclave pour délibérer et voter. L’autorité du pape dans l’Église se transmet par succession depuis l’apôtre saint Pierre, lui-même l’ayant reçue directement de Jésus-Christ. Cependant, la façon de concevoir et d’exercer cette autorité a évolué au cours des siècles. Le titre de pape apparaît dans des documents à partir du premier concile de Nicée en 325.

Le pape est le monarque de l’État de la Cité du Vatican. Ce dernier, totalement enclavé par la ville de Rome en Italie, est le plus petit pays indépendant au monde par sa superficie (0,44 km2) et sa population (800 habitants).

Le pape actuel est Jorge Mario Bergoglio, sous le nom de François, élu le 13 mars 20131,2 et qui succède à Benoît XVI3. Il devient ainsi le 266e pape4.

N° 7 Bill Gates (Co-fondateur et co-président de Fondation Bill-et-Melinda-Gates Fondateur et ancien président de Microsoft )

William Henry Gates III, dit Bill Gates, né le 28 octobre 1955 à Seattle (État de Washington), est un informaticien et entrepreneur américain, pionnier dans le domaine de la micro-informatique. Il a fondé en 1975, à l’âge de 20 ans, avec son ami Paul Allen, la société de logiciels de micro-informatique Micro-Soft (rebaptisée depuis Microsoft). Son entreprise acheta le système d’exploitation QDOS pour en faire le MS-DOS, puis conçut le système d’exploitation Windows, tous deux en situation de quasi-monopole mondial.

Il est devenu, grâce au succès commercial de Microsoft, l’homme le plus riche du monde de 1996 à 2007, ainsi qu’en 2009, et de 2014 à 2016. Lorsqu’il redevient l’homme le plus riche du monde, selon le classement Bloomberg, en janvier 2014, sa fortune s’élève à 78,5 milliards de dollars américains2,3.

En 2019, le magazine Forbes classe Bill Gates comme le deuxième homme le plus riche du monde avec une fortune de 105 milliards de dollars américains, détrôné par le fondateur du site Amazon.com Jeff Bezos, qui, lui, dispose d’une fortune estimée à 112 milliards de dollars américains.

Bill Gates se consacre depuis octobre 2007 à sa fondation humanitaire.

N °8 Mohammed ben Salmane Al Saoud (Prince héritier d’Arabie saoudite )

Mohammed ben Salmane souvent désigné par ses initiales MBS, né le 31 août 1985 à Riyad, est le prince héritier et le vice-Premier ministre d’Arabie saoudite depuis le 21 juin 2017.

Membre de la dynastie Al Saoud, fils du roi Salmane et petit-fils d’Ibn Séoud, le fondateur du royaume, il est aussi depuis janvier 2015 le plus jeune ministre de la Défense au monde et président du Conseil des affaires économiques et du développement1.

Dès son arrivée aux commandes du pays, il lance l’intervention militaire saoudienne dans le cadre de la guerre civile yéménite. Celle-ci est suivie en 2017 par la crise du Golfe avec le Qatar. Dirigeant autoritaire, il mène la purge de novembre de la même année qui entraîne le limogeage ou l’arrestation de dizaines de princes, ministres et d’hommes d’affaires lui assure le contrôle des principaux leviers du pouvoir et en fait l’homme fort du royaume2. Au même moment, il est également mêlé à l’affaire de la rétention du président du Conseil des ministres libanais, Saad Hariri, en Arabie saoudite, et accusé d’avoir commandité l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, l’année suivante à Istanbul. Il mène en parallèle des réformes économiques et sociétales.

N °9 Narendra Modi (Premier ministre de l’Inde)

Narendra Damodardas Modi (né le 17 septembre 1950 au Gujarat) est un homme d’État indien. Membre du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP), il est Premier ministre depuis 2014.

Il commence son engagement au Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), un groupe paramilitaire nationaliste. Lors de l’état d’urgence imposé dans tout le pays en 1975, il est contraint de se cacher. Le RSS l’affecte au BJP en 1985 : au sein du parti, Modi occupe plusieurs responsabilités et en devient secrétaire général en 2001.

Modi est nommé ministre en chef du Gujarat en 2001, en raison de la santé précaire de Keshubhai Patel et à la suite du tremblement de terre à Bhuj. Il effectue quatre mandats, bénéficiant d’une importante croissance économique ; cependant, son administration est critiquée pour sa gestion des émeutes de 2002 et pour ses résultats en matière d’indices de santé, de pauvreté et d’éducation.

Lors des élections générales de 2014, il conduit le BJP, qui obtient la majorité à la chambre basse, le Lok Sabha, pour la première fois depuis 1984. Il quitte alors sa fonction de ministre en chef du Gujarat pour devenir Premier ministre de l’Inde. Son gouvernement réduit certaines dépenses sociales, initie une démonétisation controversée de billets de grande valeur et lance une campagne sur l’assainissement. Il affiche son souhait d’améliorer l’efficacité de la bureaucratie et centralise le pouvoir en abolissant la Planning Commission. À l’issue des élections législatives de 2019, il est facilement reconduit pour un second mandat, ce qui fait de lui le premier chef de gouvernement indien hors du Indian National Congress à remporter deux mandats consécutifs à la majorité absolue.

Son positionnement est qualifié de national-populiste, anti-musulman et xénophobe.

N °10 Larry Page (Co-fondateur de Google)

Lawrence Edward Pag e dit Larry Page, né le 26 mars 1973 à East Lansing dans le Michigan, est un informaticien américain, cofondateur du site internet et moteur de recherche Google avec Sergey Brin.

Abidjantv.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles