06212024Headline:

Ocean Indien : de nouvelles règles de pêche au profit des petits pays

Les États de l’océan Indien ont accepté lundi de mettre temporairement un terme à l’utilisation d’engins de pêche industriels qui réduisent considérablement les stocks de thon, ce qui constitue une victoire pour les pays qui dépendent de méthodes de pêche à plus petite échelle pour assurer la subsistance des communautés des régions côtières.

Cette décision intervient après trois jours de négociations tumultueuses lors de la réunion de la Commission des thons de l’océan Indien, composée de 30 membres, à Mombasa, au Kenya, où les pays en développement étaient en désaccord avec l’Union européenne, dont les États membres s’appuient davantage sur les senneurs et les palangriers, plus destructeurs pour l’environnement marin.

La nouvelle résolution “pourrait enfin permettre aux populations d’albacore et de thon obèse de se reconstituer”, a déclaré Frédéric Le Manach, directeur scientifique de l’association française de protection des océans Bloom.

Les nouvelles règles sur la pêche au thon ont failli être contrecarrées ce week-end lorsque le ministre kényan de la Pêche a retiré son soutien à la proposition, certains observateurs estimant que ce changement d’avis était peut-être dû à la pression de l’UE. Mais 11 autres États, menés par la délégation indonésienne, ont fait passer la résolution.

“La persévérance dont ont fait preuve tous les partisans prouve que l’unité peut faire évoluer dans une meilleure direction la conservation et la gestion de la pêche au thon dans l’océan Indien”, a déclaré à l’Associated Press Putuh Suadela, chef de la délégation indonésienne.

Hussain Sinan, expert maldivien en matière de pêche, a déclaré que les nouvelles règles introduites par les États côtiers étaient “monumentales” et qu’elles redéfiniraient la gestion marine locale dans la région.

L’UE a déjà été accusée de “tendances coloniales” dans l’océan Indien et de subventionner leur industrie de la pêche par le biais de quotas injustes et de pêcheries opaques. Plus de 200 000 tonnes métriques de poisson sont pêchées chaque année dans l’océan Indien par ses États membres. L’UE dispose de 120 jours pour s’opposer à la résolution, conformément aux règles de l’ONU.

“Les nations côtières sont toujours intimidées par les nations de pêche en eaux lointaines, en particulier par l’UE”, a déclaré M. Le Manach, mais il a ajouté que “ce qui s’est passé ces trois derniers jours envoie un signal très fort : les jours d’intimidation de l’UE sont peut-être terminés.”

What Next?

Recent Articles