02032023Headline:

Covid-19 : pas de mesures coordonnées dans le monde pour contrôler les voyageurs chinois

Vendredi, seuls 5 515 nouveaux cas et un décès ont été annoncés par le Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). Des chiffres qui ne semblent toutefois plus refléter la réalité, les dépistages généralisés n’étant plus obligatoires.

En quête d’une “approche coordonnée” européenne
La Chine maintient ses frontières largement fermées aux ressortissants étrangers depuis 2020.

Le pays ne délivre plus de visas touristiques depuis bientôt trois ans et impose une quarantaine obligatoire à l’arrivée. Cette mesure d’isolement sera levée le 8 janvier mais un test de dépistage de moins de 48 heures sera toujours exigé.

En France, le président Emmanuel Macron a “demandé des mesures adaptées de protection” des Français au gouvernement.

À Bruxelles, une réunion informelle convoquée par la Commission européenne, visant à une “approche coordonnée” des États membres, n’a pas donné lieu à ce stade à une prise de décision.

Les voyageurs chinois compréhensifs
À l’aéroport international de Pékin-Capitale, la plupart des Chinois interrogés jeudi par l’AFP se montraient compréhensifs à l’égard des mesures prises vis-à-vis de la Chine.

“Chaque nation a ses propres inquiétudes et sa manière de se protéger”, estime Huang Hongxu. Ce Chinois de 21 ans souligne que la propagation possible de nouveaux variants est une source de préoccupation.

Un voyageur a pour sa part qualifié ces mesures d'”inutiles” auprès de l’AFP. “C’est un peu discriminatoire”, souligne Hu, qui n’a pas souhaité donner son nom complet.

En Chine, “notre politique Covid pour les arrivées internationales est appliquée (de la même façon pour tous)”, relève le jeune homme de 22 ans. “Pourquoi les autres pays traitent spécialement les arrivées de Chine ?”

Sur le front épidémique, les hôpitaux luttent contre une recrudescence des cas qui touche le plus durement les personnes âgées.

À Shanghai, des journalistes de l’AFP ont vu jeudi des patients masqués être acheminés sur des civières vers un hôpital de la ville. Dans l’établissement, un malade s’est plaint d’avoir attendu quatre heures pour obtenir des médicaments.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles