02022023Headline:

Covid-19 : XBB 1.5, le variant qui contamine plus vite que son ombre ?

D’où une transmissibilité XXL. En effet, “si vous avez un virus qui infecte plus facilement les cellules, vous avez besoin de moins d’agent pathogène pour contaminer une personne”, résume Simon Clarke, qui précise cependant qu’il peut aussi y avoir d’autres facteurs à l’œuvre favorisant la propagation (par exemple si ce variant provoque davantage de toux).

XBB 1.5 à la conquête du monde ?
XBB 1.5 présente donc un profil qui semble lui garantir un destin mondial. Le ministre allemand de la Santé, Karl Lauterbach, a d’ailleurs appelé à la plus grande vigilance vis-à-vis de ce virus. “J’espère que nous passerons l’hiver avant qu’un tel variant se propage chez nous”, a-t-il indiqué en référence à une potentielle surcharge du milieu hospitalier déjà très occupé par les cas de virus saisonnier comme la grippe.

Au Royaume-Uni aussi, la trajectoire de XBB 1.5 commence à ressembler à celle des États-Unis. “Il n’y a pas de raison pour que le reste du monde échappe à ce variant”, assure Jonathan Stoye.

Mais il ne sera peut-être pas aussi rapide à s’imposer partout. “Il faut aussi prendre en compte le profil immunologique des populations”, souligne Lawrence Young. Dans les régions nord-américaines où XBB 1.5 s’est propagé le plus rapidement, il est probable que le mix de variants qui circulaient avant l’apparition de cette nouvelle souche ne produisait qu’une immunité faible contre ce type de variant à ceux qui avaient déjà contracté le Covid-19, estime ce virologue. En outre, “la campagne de rappel vaccinal aux États-Unis a été moins efficace que dans d’autres pays, notamment en Europe”, souligne Lawrence Young.

De ce fait, même si cette nouvelle souche échappe plus facilement aux immunités vaccinales (y compris les rappels spécifiques pour le variant Omicron), il n’en demeure pas moins qu’en Europe “il y a davantage de barrières de protection”, note Jonathan Stoye.

La grande inconnue reste la virulence de XBB 1.5. La vague de contaminations qui sévit actuellement aux États-Unis a entraîné une hausse des hospitalisations d’un peu plus de 4 % par rapport à la semaine dernière. Il en va de même pour les admissions dans les services de soins intensifs, qui sont en hausse de 9 %. Rien d’étonnant à cela : “Un variant qui circule plus vite, atteindra aussi plus facilement et rapidement les personnes les plus à risque”, note Lawrence Young.

Surtout, les régions les plus frappées par XBB 1.5. ne connaissent pas une aggravation particulière de la situation sanitaire par rapport aux États américains où le nouveau variant n’est pas encore majoritaire. “Les données actuelles aux États-Unis suggèrent que cette nouvelle mutation n’est pas plus dangereuse que d’autres versions du variant Omicron”, avance Simon Clarke, tout en indiquant qu’il s’agit pour l’instant d’un échantillon encore faible de cas.

Même si XBB 1.5 ne s’avère finalement pas plus virulent que ses cousins, ce n’est pas une raison pour le traiter avec nonchalance. Un virus qui se propage aussi vite à toutes les chances d’engendrer à son tour des sous-variants de sous-variants. Jusqu’à ce que l’une de ces créations s’avère être réellement plus virulente que toutes les autres. Pour Jonathan Stoye, XBB 1.5 “doit vraiment être une piqûre de rappel que la pandémie n’est pas encore finie”.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles