04222024Headline:

Télévision numérique terrestre : Ces importantes zones encore sans signal Tnt (Dossier)

Depuis son lancement en Côte d’Ivoire, ce système offert pour répondre aux besoins sociaux des populations poursuit son chemin sans grand bruit. Le déploiement de la Tnt est-il effectif partout en Côte d’Ivoire ? Comment les Ivoiriens vivent-ils le temps de la Tnt ? Notre dossier.
Nous avons sillonné quelques villes pour mieux cerner les réalités d’un système inscrit dans le nouveau paysage audiovisuel. Les installations Tnt couvrent-elles l’ensemble du territoire ivoirien ? Comment les populations accueillent-elles ce nouveau système et que gagnent-elles réellement ?

À Abidjan, précisément dans la commune d’Abobo où nous avons démarré nos investigations, les populations marquent dans l’ensemble leur satisfaction. « Depuis que mon antenne Tnt a été installée, je reçois bien les images de la télévision. Ce qui me réjouit le plus, c’est de ne payer aucun abonnement mensuel ».

Partageant quelques moments de gaieté dans sa cours à Abobo derrière rails, Ichouata Camara, la quarantaine révolue, ne cache pas sa joie de compter parmi les privilégiés. Habitant à proximité du principal centre émetteur du pays, elle bénéficie de tous les avantages énoncés depuis le lancement. « Les images sont parfaites pour un service pratiquement gratuit. Je n’ai acheté que l’antenne et je n’ai pas de soucis », dit-elle.

À Yopougon-Selmer, Noël Konan, responsable marketing dans une entreprise de la place fait savoir qu’il s’est offert une antenne, bien que déjà abonné aux chaines satellitaires. Il avait surtout voulu se mettre à l’abri de coupure d’images en temps pluvieux.

Images nettes. Sons agréables et prix imbattables. Utilisateurs épargnés de réabonnement mensuel. Des avantages égrenés par les nombreux détenteurs et repris en chœur du côté des techniciens du centre émetteur. Cependant, ceux-ci annoncent l’existence de quelques zones encore non accessibles par le signal.

Particulièrement, l’intérieur du pays où celui-ci passe souvent au-dessus de certaines zones dans des bas-fonds ou encore, des endroits beaucoup trop éloignées des pylônes de réception. Des préoccupations qui nous confortent dans notre volonté d’en d’explorer quelques unes, techniquement nommées zones blanches par les spécialistes. Il s’agit des espaces situés dans les villes de Danané, Ayamé, Bocanda, Sassandra, Niablé.

Nos premiers pas nous conduisent donc à Niablé, une des plus importantes zones blanches. Rencontré sur la voie principale de la ville, Konaté Tchègbè marque son indignation : « La Tnt est un programme social que l’État de Côte d’Ivoire a bien voulu mettre en place pour nous aider. Ayant des amis à Affalykro, village situé à quelques kilomètres de Niablé qui recevait bien les images grâce à la Tnt, j’ai vite fait d’acheter mon kit. Malheureusement, aujourd’hui je n’ai aucune image. J’ai ouï-dire qu’il n’y a pas de réception dans la localité. Je suis toujours en attente », dit-il d’un ton amer.

Proche de lui, Koffi Kan Martin, professeur d’histoire, ne dit pas le contraire. « Il faut que nous apprenons à consommer ivoirien ». Avant de renchérir : « Avec les 3 chaînes du groupe Rti, je m’attends à des contenus qui relatent nos réalités quotidiennes. Ce serait bien de recevoir la Tnt ici » affirme t-il.

Bénéficiant du signal Tnt à Bocanda, Kouadio Christelle ne manque pas de plaider pour les populations toujours dans le besoin. « J’ai tranquillement suivi tous les matchs de la Can 2023 sans m’inquiéter d’une possible rupture en cas d’orage ». Cependant, elle déplore la rareté des points de vente du kit.

Même son de cloche chez Kouakou Kra Faustin, agent d’hygiène à la retraite à Bondoukou. Pour Issa Kourouma, au quartier Dioulakro de Bocanda, tout est une question de temps et de patience. Convaincu que l’État œuvrera à la couverture totale du pays, il appelle chaque jour les nombreux demandeurs à la patience.

En leur rappelant la volonté de l’État de Côte d’Ivoire d’aider les populations à bénéficier de cet outil d’information et s’inscrire dans la réalité du nouveau paysage audiovisuel.

 

 

 

 

What Next?

Recent Articles