06172024Headline:

L’Allemagne prolonge sa présence militaire au Niger grâce à un accord intérimaire

L’armée allemande a obtenu l’autorisation de continuer à exploiter sa base aérienne de Niamey au Niger, suite à un accord intérimaire entre les deux pays. Cette décision intervient après le retrait des troupes françaises et américaines imposé par le nouveau régime nigérien.

L’Allemagne et le Niger ont conclu un accord intérimaire permettant à l’armée allemande de maintenir sa base de transport aérien à Niamey au-delà du 31 mai, a annoncé le ministère allemand de la Défense mardi soir. Cet accord intervient dans un contexte de tensions dans la région, suite aux récents développements politiques au Niger.

Le ministère allemand a précisé que cet accord permettra de négocier un nouvel accord sur le séjour des forces allemandes, tout en maintenant la base opérationnelle comme une « structure froide » avec un personnel « nettement réduit ». Jusqu’à récemment, la base aérienne de la Bundeswehr à Niamey était exploitée par une centaine de militaires allemands et servait de plateforme logistique pour la mission de l’ONU au Mali (Minusma), qui s’est achevée en décembre dernier.

Selon l’hebdomadaire Spiegel, des négociations secrètes avaient eu lieu avec le régime nigérien, non reconnu officiellement par Berlin, pour assurer le maintien de cette présence militaire stratégique. Le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, avait été en décembre le premier ministre européen à se rendre au Niger après le coup d’État du 26 juillet 2023.

Ce coup d’État a profondément bouleversé les alliances militaires dans la région. En mars, le nouveau régime militaire du Niger a dénoncé l’accord de coopération militaire avec les États-Unis, qualifiant de « désormais illégale » la présence des forces américaines, initialement déployées pour lutter contre le jihadisme. De même, les troupes françaises ont été contraintes de quitter le pays fin décembre. Le Niger s’est ainsi rapproché de la Russie, emboîtant le pas au Mali et au Burkina Faso, également dirigés par des régimes militaires confrontés à des violences jihadistes.

What Next?

Recent Articles