05252024Headline:

Six ans après le drame de « Dropped », l’enquête est terminée

La juge d’instruction a achevé ses investigations sur les conditions de la mort, en 2015, de dix personnes, dont Camille Muffat, Florence Arthaud et Alexis Vastine, lors du tournage de l’émission « Dropped ». La société de production ALP risque un procès pour homicide involontaire.

Il aura fallu presque sept ans pour achever une enquête titanesque, qui aura donc débouché sur la mise en examen de la société de production ALP et de plusieurs de ses dirigeants. Le 9 mars 2015, le tournage en Argentine de Dropped, une émission de téléréalité, vire au drame, deux hélicoptères entrent en collision. Dix personnes décèdent. Parmi elles, plusieurs employés de la société de production, mais aussi des athlètes qui devaient participer à l’émission : la navigatrice Florence Arthaud, le boxeur Alexis Vastine et la championne olympique de natation Camille Muffat.

Le principe de Dropped, produit par ALP (la société derrière Koh Lanta et Fort Boyard), était de lâcher en pleine nature des aventuriers, à charge pour eux de survivre par leurs propres moyens et de retrouver la civilisation en 72 heures. Pour cette première édition française, outre Vastine, Arthaud et Muffat, les sportifs Anne-Flore Marxer, Alain Bernard, Philippe Candeloro, Jeannie Longo et Sylvain Wiltord avaient également débuté le tournage.

Plusieurs dirigeants mis en examen
Alors que plusieurs procédures d’indemnisation des familles de victimes ont été lancées en France, une information judiciaire avait été immédiatement ouverte à Paris, les parties civiles pointant du doigt les conditions de sécurité en vigueur au moment du tournage. En 2021, au bout de cinq ans d’instruction et après plusieurs expertises et commissions rogatoires internationales, la société ALP a finalement été mise en examen pour “homicides involontaires”, ainsi que plusieurs dirigeants de l’entreprise et le responsable suédois de la sécurité.

« C’est un soulagement pour les familles des victimes qui peuvent enfin envisager une issue à cette instruction qui a duré sept ans. Elles espèrent qu’un procès aura lieu »

Me Solenn Le Tutour, avocate de l’Association des proches des victimes

Les juges d’instruction estiment notamment qu’ALP a sous-évalué le budget affecté à la sécurité des personnes. Sollicité par L’Équipe, Me Jean-Marc Delas, avocat d’Hubert Arthaud, le frère de Florence, réagit et salue l’immense travail effectué par les magistrats instructeurs. « Chacun va pouvoir s’expliquer devant le tribunal », assure-t-il, estimant que la « stratégie de défense adoptée par la société de production montre ses limites ». « C’est un soulagement pour les familles des victimes qui peuvent enfin envisager une issue à cette instruction qui a duré sept ans. Elles espèrent qu’un procès aura lieu », relate pour sa part Me Solenn Le Tutour, avocate de l’Association des proches des victimes du crash d’hélicoptères de Dropped et de la famille d’un des cameramen décédés.

« Les équipes d’ALP demeurent profondément bouleversées par l’accident qui a coûté la vie à leurs collègues, aux pilotes et à certains participants. Elles restent déterminées à démontrer que tous les moyens matériels et humains ont été mis en place pour assurer la sécurité », avaient déclaré, à l’époque de la mise en examen d’ALP, les avocats de la société, Mes Pierre-Olivier Sur et Mathias Chichportich. Joints vendredi par L’Équipe, ils n’ont pas souhaité faire de commentaire. Le parquet doit désormais rendre ses réquisitions, avant que les juges d’instruction ne se prononcent sur un renvoi de l’affaire devant le tribunal correctionnel.

What Next?

Recent Articles