09192018Headline:

5 Question à Claude Adou, DG Sogegare,sa réponse…

Directeur général de la Société de gestion des gares routières (Sogegare), Claude Adou dresse dans cet entretien le bilan de ses activités. S’il est satisfait du taux de fréquentation de la nouvelle gare d’Abobo par les compagnies de transport, il estime toutefois que des efforts restent à faire pour désengorger définitivement les ronds points d’Abobo et de la Gendarmerie. Ce qui serait, selon l’expert, la solution à la fluidité routière dans la zone.

Comment êtes-vous arrivé à la tête de cette société qui gère la nouvelle gare routière d’Abobo ?

D’abord, il faut savoir que notre société a passé un partenariat avec la mairie d’Abobo pour concevoir, financer, construire et gérer la nouvelle gare routière d’Abobo. C’est une idée du maire d’Abobo, M. Adama Toungara qui a fait un appel d’offres pour la construction d’une gare routière moderne pour sa commune. C’est à la suite de cet appel d’offres que notre société a été retenue. Notre mission était, comme je le disais tantôt, de concevoir, construire et gérer les fonds pendant un certain temps. C’est en 2009 que tout a véritablement démarré. Et pour ce démarrage, la mairie a mis à notre disposition un terrain nu de 14 hectares. Nous avons pu démarrer les travaux de construction à la mi 2009 et nous avons dû observer un arrêt des travaux début 2011 à cause de la crise post-électorale. Depuis fin avril 2012, nous avons fini la construction et en août de la même année, le Premier ministre d’alors, Jeannot Ahoussou Kouadio a procédé à l’inauguration de la gare. Cette gare comprend une partie gare routière (32), une partie commerciale avec des magasins, un marché de vivriers, six restaurants, un allocodrome, une banque et une caserne de sapeurs pompiers en construction.

« Il faut donc mener une bonne opération coup de poing au rond point d’Abobo »

L’objectif du maire Adama Toungara en lançant la construction de cette gare était le désengorgement du rond point d’Abobo, mais six ans après, on constate que cet endroit est toujours pris d’assaut par des commerçants et autres transporteurs. Qu’est-ce qui bloque ?

C’est un processus qui est en cours. La gare a été construite effectivement pour désengorger le rond point d’Abobo. En principe, les transporteurs doivent venir ici au lieu de stationner et au rond point d’Abobo et au rond point de la gendarmerie. Malheureusement, il y a encore des transporteurs récalcitrants. Cette situation avait fait l’objet d’un déguerpissement il y a quelques années mais l’espace n’ayant pas été occupé aussitôt, les commerçants sont revenus se remettre sur le trottoir, ce qui cause l’engorgement dans la zone. Les autorités municipales y travaillent pour faire dégager complètement le rond point de sorte à ce que ces commerçants aillent s’installer ailleurs. Sinon, nous, nous sommes prêts pour recevoir la majorité. Car certains ont acquis des étals chez nous mais malheureusement sont encore au rond point. Je crois que les opérations coup de poing ou de déguerpissement qui ont déjà visité certaines communes vont arriver à Abobo pour que le rond point soit enfin dégagé parce que cette situation ne donne pas une belle image de la commune. Il faut donc mener une bonne opération coup de poing au rond point d’Abobo pour que les gens comprennent vraiment la nécessité de venir à la gare et permettre la fluidité routière sur ces grandes artères.

« Installer une gare dans le centre-ville n’est pas une bonne option parce que cela emmène la pagaille »

Certains commerçants et transporteurs justifient leur refus de regagner la nouvelle gare routière par le fait qu’elle soit éloignée du centre-ville…

Effectivement, à première vue, ils ont trouvé que la gare est éloignée parce qu’étant au rond point. Mais Abobo étant obligé de se développer vers Anyama, nous ne partageons pas l’avis de ceux qui pensent que la gare est éloignée de la ville. D’ailleurs, dans toutes les grandes villes du monde, les gares sont maintenant situées dans les périphériques de la ville pour que les cars une fois qu’ils sortent de la gare n’aient pas à affronter tous les embouteillages et les bouchons. Même les anciennes gares qui étaient situées en plein milieu de la ville ont dû se mettre à cette nouvelle tendance. Certes, cela n’est pas encore encré dans les mœurs des ivoiriens mais je pense qu’ils finiront par le comprendre. Sinon, installer une gare dans le centre-ville n’est pas une bonne option parce que cela emmène la pagaille.

« Chez nous, il n’y a pas de ‘’gnambros’’ »

À ce jour, êtes-vous satisfait du taux de fréquentation de cette nouvelle gare ?

C’est vrai qu’au départ les transporteurs n’avaient pas bien compris notre démarche mais avec le temps ils ont fini par nous comprendre. Sur les 32 gares, 26 sont occupées. Nous avons en plus des compagnies nationales, deux compagnies qui font tous les jours des départs sur Ouaga, une compagnie qui fait la Guinée et une autre qui fait le Mali et la Mauritanie. Cela dit, du point de vue transport, la gare est à 80% de taux de fréquentation. Quant aux 300 magasins, ce sont environ 40 qui sont ouverts et une centaine payés mais pas encore occupés.

Y a-t-il des avantages pour les commerçants et les transporteurs en s’installant au sein de la nouvelle gare ?

Bien sûr, les avantages sont nombreux. D’abord, il y a l’aspect hygiène, la gare étant entièrement bitumée. Du coup, en saison pluvieuse, les clients ou passagers ne peuvent pas prendre de boue comme certains endroits. Ensuite, nous offrons un cadre sécurisé avec une porte d’entrée et une porte de sortie. Enfin, autre aspect important, c’est que chez nous, il n’y a pas de ‘’gnambros’’, ils ne sont pas tolérés ici. La mairie d’Abobo et la Sogegare ont construit des infrastructures modernes pour leur besoin et donc nous invitons la population, les commerçants et les transporteurs à venir les tester. Certes, la gare a été construite pour la commune d’Abobo mais elle est ouverte à tout le monde.

Par Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment