10172018Headline:

Abidjan: Après un détournement de 2 000 véhicules,le directeur en charge des Transports au Guichet unique automobile (Gua), Fofana Mamadou, en prison.

Les activités au Gua suivent leur cours normal, mais avec une forte angoisse des agents.

2 000 voitures de luxe sorties sans dédouanement, 20 milliards de Fcfa de perte pour l’État, barrait à sa une le journal L’éléphant déchaîné, dans sa publication du mardi 24 avril 2018. Une affaire qui a conduit, a-t-on appris, le directeur en charge des Transports au Guichet unique automobile (Gua), Fofana Mamadou, en prison. Au cours d’une visite réalisée hier vendredi 27 avril 2018, sur cette plateforme, à Vridi, un agent nous a confié que l’adjoint du responsable du service informatique a rejoint le directeur Fofana.

Il était 14 heures 24 minutes, lorsque nous sommes arrivée sur la plateforme du Gua. Renseignement pris auprès des travailleurs de ladite plateforme, nous arrivons à trouver le bureau du service de communication. Espérant y trouver quelqu’un pour répondre à quelques unes de nos questions, ce fut la grosse déception. La porte était hermétiquement fermée. Nous décidons alors de nous rendre à l’administration du Guichet. Sur place, notre regard est attiré par la présence de trois douaniers assis en face d’un bureau, dont des grilles métalliques ferment l’entrée. Il s’agit, en fait, du bureau du nommé Fofana Mamadou. A l’administration de Côte d’Ivoire logistique (Cil), les réceptionnistes acceptent de nous donner le numéro du chargé de communication du Gua. Les coups de fil donnés à ce dernier sont restés sans réponses. La directrice de la communication n’était, non plus, pas à son poste, nous a-t-on fait savoir. En clair, la situation liée à la sortie frauduleuse de véhicules crée un gros malaise au Gua. Personne ne veut se prêter à un jeu de questions-réponses. Sûrement de peur de se voir citer dans cette ”sale” affaire. Fort heureusement, et après avoir fait plusieurs allées et venues dans la cour, nous parvenons à tomber sur un agent, qui accepte de se mettre à table. La condition posée par ce dernier, pas de de prise de notes durant le temps des échanges. Nous nous livrons donc à un exercice de mémoire. Ce dernier relate, en effet, que la situation au Gua n’encourage pas à une prise de parole, parce que, dira-t-il, l’enquête suit toujours son cours. Il nous informe, par ailleurs, que le pire a été évité le jeudi 26 avril 2018, dans l’après-midi, sur la plateforme. « Nous étions en train de travailler tranquillement lorsque trois véhicules ont fait irruption sur la plateforme. Les chauffeurs desdits véhicules ont mal stationné et se sont livrés à une scène de provocation des douaniers postés devant le bureau de Fofana Mamadou. Ceux-ci sont restés de marbre », a-t-il relaté, sous le sceau de l’anonymat. Puis de souligner que la riposte n’est pas venue du côté des douaniers parce que ceux-ci voulaient éviter un bain de sang, étant donné que l’un des trois véhicules contenait des armes. D’ailleurs, pour prévenir tout incident malheureux, a poursuivi notre informateur, la plateforme a été évacuée. Parmi les visiteurs surprise de la journée de jeudi, notre source dit avoir reconnu un député et un ancien chef de guerre.

Irène BATH

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment