08152020Headline:

Adoption de l’ECO: George Weah appelle les dirigeants de l’Afrique de l’Ouest à la création d’un « comité spécial »

Le président du Liberia, George Weah, a appelé au cours d’une réunion de la Zone monétaire ouest-africaine, à la création d’un « comité spécial » chargé de discuter avec les présidents Ouattara et Macron afin d’aplanir les différends liés à l’adoption de la monnaie commune de la CEDEAO, l’ECO.

Le président du Liberia, George Manneh Weah (photo) a appelé les dirigeants de l’Afrique de l’Ouest à continuer à travailler dans un « esprit de solidarité et d’unité africaine » afin d’aplanir les « malentendus » liés à la mise en œuvre du programme de la monnaie unique de la CEDEAO, l’ECO.

C’était au cours d’une conférence virtuelle des chefs d’Etat de la zone monétaire ouest-africaine (ZMOA) élargie à la Guinée, tenue le mardi 23 juin. Convoquée par le dirigeant de la Sierra Leone, Julius Maada Bio, qui en assure actuellement la présidence, cette rencontre a pour but de discuter des différends apparus suite à la décision des pays de la zone UEMOA d’adopter unilatéralement l’ECO comme monnaie officielle en remplacement du franc CFA, cette année.

Intervenant à cette occasion, le président du Liberia, George Weah, a estimé que la seule façon de sortir de « l’impasse actuelle » est de promouvoir un « dialogue informé et cordial » entre les blocs francophones et anglophones. Le dirigeant a ainsi suggéré la création d’un « comité spécial » pour discuter avec le président Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, qui a fait la déclaration d’adoption de l’ECO au nom du bloc francophone.

L’objectif de ce comité, à en croire George Weah, est d’éviter que l’UEMOA adopte unilatéralement sa version de l’ECO, et ainsi gagner un certain temps pour permettre à la CEDEAO de continuer les discussions sur la question afin de « remettre l’ECO sur le cap ». Ce comité spécial devrait, selon le dirigeant libérien, également solliciter une audience auprès du président français, Emmanuel Macron.

Une proposition soutenue par le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, qui a par ailleurs insisté sur la nécessité que les différends soient réglés le plus rapidement possible. Il a tout de même estimé que la décision prise par le bloc francophone de la CEDEAO de passer à l’ECO aurait dû être plus inclusive.

Pour sa part, le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, qui a ce même jour brandi la menace de dislocation de la CEDEAO à travers une série de tweets, a exhorté ses pairs à « se réunir sur cette question ». Il a relevé au passage l’importance de l’ECO et les progrès qui ont été réalisés y compris l’adoption d’un régime de taux de change.

Cet ordre du jour de cette rencontre des chefs d’Etat de la ZMAO fait clairement apparaître une CEDEAO profondément divisée sur la question de l’ECO depuis notamment l’annonce par la zone UEMOA d’adopter cette monnaie en remplacement de franc CFA très controversé.

Avec Agenceecofin

Comments

comments

What Next?

Recent Articles