10212018Headline:

Affaire: Deux ans après la fermeture de l’entreprise de télécommunication, les employés de Comium Côte d’Ivoire ne sont toujours pas situés sur leur sort.

Deux ans après la fermeture de l’entreprise de télécommunication le 11 avril 2016, les employés de Comium Côte d’Ivoire ne sont toujours pas situés sur leur sort.

Selon Coulibaly Sandonan Joseph, porte-parole du collectif des ex-employés de l’entreprise, le processus de liquidation judiciaire prononcée en juin 2016 par le tribunal du commerce d’Abidjan connait des difficultés depuis quelque temps. Cela, du fait d’un litige de propriété sur le site actuel du siège. « Un syndic, pour apurer les actifs et réaliser les créances, a été désigné le 9 juin 2016 à la suite de la liquidation judiciaire prononcée ce même jour par le tribunal du commerce d’Abidjan. Cette liquidation se déroulait bien, augurant une issue heureuse pour nous qui avions été lésés dans nos droits à la fermeture de Comium Ci, jusqu’à ce qu’apparaisse un litige de propriété sur le siège », a-t-il appris.

En effet, a-t-il expliqué, la vente du siège de 3 bâtiments pour ue valeur estimée à 8,9 milliards de F Cfa qui devrait notamment permettre de payer la totalité des indemnités de licenciement des ex-employés, coince en dépit des décisions judiciaires prononcées en faveur du syndic depuis le 7 mars 2018.

« Malgré toutes les décisions judiciaires prononcées en première instance et en appel en faveur du syndic depuis le 7 mars 2018, il ne s’autorise pas à vendre le siège de Comium CI pour des raisons que nous ignorons. Pour information la vente de ce siège permettrait de payer en totalité nos indemnités de licenciements validés par le syndic et une partie significative des dettes de Comium Ci. Nous vous avons joint une copie de la dernière décision exécutoire de la cour d’appel d’Abidjan », a confié à Linfodrome M. Coulibaly qui a regretté cette situation dont il a relevé l’incidence sur la vie de ses ex-collègues dont la plupart n’ont pas encore retrouvé d’emplois depuis. D’ailleurs, a-t-il relevé, au moins 4 décès ont déjà été enregistrés dans le rang des ex-employés (314) de l’entreprise de téléphonie mobile.

Fermé en avril 2016, il était reproché à l’opérateur de téléphonie de ne pas s’acquitter du paiement des taxes et redevances radioélectriques contenues dans le cahier des charges. Il s’agit, entre autres, de 14 milliards 520 millions de F cfa au Trésor public et 1 milliard 62 millions de F cfa au titre de la contrepartie financière de la licence d’exploitation, 9 milliards 830 millions de F cfa pour la redevance de régulation, 5 milliards 328 millions de F cfa au titre de la redevance d’utilisation de fréquences, 1 milliard 746 millions de F cfa pour la redevance d’utilisation de ressources d’utilisation.

Alassane SANOU

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment