01252017Headline:

Après les législatives/ Voici ceux qui cumulent les postes dans le gouvernement ivoirien

Ministres, maires, directeurs généraux et désormais députés. Elles sont nombreuses, ces personnalités qui cumulent trois voire quatre postes. Une entorse au principe de séparation des pouvoirs qui pose l’épineuse question de l’efficacité.

Suite aux législatives du dimanche 18 décembre 2016, plusieurs ministres du régime Ouattara verront ajouté le statut de député à la longue liste des postes qu’ils occupent. Le chef du gouvernement, Daniel Kablan Duncan, Premier ministre, ministre de l’économie et des finances, est désormais député de la ville balnéaire de Grand-Bassam. Un troisième poste qui lui permettra selon ses promesses de campagne de faire de cette cité une ville émergente. Mieux ou pis, c’est selon, Adama Toungara se voir conférer le mandat de député de la commune d’Abobo dont il est déjà la maire. Tel un shiva (dieu hindou doté de plusieurs bras), Toungara assurera pleinement ses fonctions de ministre du pétrole et de l’énergie, Directeur Général et de vice-président de la Société Ivoirienne de Pétrole, député maire d’Abobo. Pareil pour l’actuel directeur général du Port Autonome d’Abidjan, Hien Sié Yacouba, par ailleurs député maire d’Adiaké. A ceux-là s’ajoutent les ministres Sidi Touré, Bruno Koné, Dosso Moussa, Anne Ouloto, désormais députés. Ou encore le conseiller spécial du Président Ouattara, Touré Mamadou, député de Daloa, Adama Bictogo, directeur général du groupe Snedai, bouillant homme d’affaires, député d’Agboville. La liste n’est pas exhaustive. Au-delà du quotient intellectuel surélevé de ces personnalités qui leur confèrent certainement tous ces postes de responsabilité, se pose la question de l’efficacité. Car l’exercice de plusieurs mandats de façon concomitante ralentit la marche vers le développement et la démocratie. Seule la société civile peut mener ce combat contre le cumul ou la limitation des mandats d’autant que les candidatures des ministres et autres directeurs généraux aux législatives 2016 ont été motivées dans le contexte ivoirien par l’exécutif.

Cyrille NAHIN

webnews

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment