11212018Headline:

Côte d’Ivoire, A peine 20% des besoins de financement exprimés par les entreprises sont couvertes par les banques.

A peine 20% des besoins de financement exprimés par les entreprises en Côte d’Ivoire sont couvertes par les banques.

C’est ce qu’a appris l’administrateur du Fonds de solidarité africain (Fsa) pour la Côte d’Ivoire, Tanoh Kobenan, lors d’un forum co-organisé par le Fonds, le 18 avril 2018, au Plateau. Le responsable de l’institution a en effet relevé qu’en dépit du rôle du secteur privé dans le développement de l’économie, celui-ci reste confronté à la problématique du financement. « Plus particulièrement, l’importance des Pme-pmi qui constituent en moyenne 75% des entreprises nationales est reconnue par toutes les études comme étant le moteur de la croissance dans nos pays. Paradoxalement, ce segment est e moins pourvu en financements bancaires pour diverses raisons évoquées par les banques. Certaines études chiffrent ce taux de couverture à moins de 20% des besoins exprimés par les Pme-Pmi », a-t-il indiqué.

A relire: Développement régional / Le financement des projets au cœur d’un atelier

Aussi, a-t-il fait savoir, le forum vise pour le Fonds et la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (Cci-Ci), à offrir un cadre de réflexion en vue d’apporter une amélioration à cette question, notamment par le biais du Fonds. En effet, a noté M. Tanoh, le Fsa dispose de plusieurs leviers pour mettre en adéquation les besoins de financement exprimés par les entreprises et apaiser les insuffisances relevées par les banques. Lesquels couvrent tous les domaines de l’économie de l’agro-industrie aux infrastructures en passant par le tourisme.

Créé il y a une quarantaine d’années, le Fsa a accordé, à fin 2017 des garanties de plus de 400 milliards de F Cfa avec plus du quart attribués à la Côte d’Ivoire (103 milliards de F Cfa), selon l’administrateur du Fonds. Le président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Ci (Apbef-Ci), Guy Koizan ,a pour sa part, salué l’initiative qui réunit les promoteurs d’entreprises et bailleurs de fonds pour réfléchir sur la question du financement, nécessaire au développement du secteur privé et partant à la croissance de l’économie nationale.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment