06202018Headline:

Côte d’Ivoire: Affaire, grève dans tout les abattoirs à Bouaké

Il n’y a pas eu d’abattage de bœufs, le lundi 11 juin 2018, à Bouaké. Une situation consécutive à une grève de trois jours, organisée par des agents du ministère des ressources animales et halieutiques, qui réclament la prise d’un décret pour instituer la tenue des halieutes de Côte d’Ivoire. Ce, conformément à l’article 164 du décret 93-607 du 2 juillet 1993 du statut général de la fonction publique.

« J’ai visité les deux abattoirs pour me rendre compte qu’il y a pas eu d’abattage comme prévu », a témoigné Dr N’Dri, Directeur régional du ministère des ressources animales et halieutiques, dans une note à sa hiérarchie, que nous avons pu lire. Mais, ce collaborateur du ministre Kouassi Ajoumani a fait observer que cela ne signifie pas que les populations de Bouaké ont été privées de viande ; des dispositions ayant été prises pour faire face à cette grève. « Honneur vous informer que d’habitude, il n’y a pas d’abattage les dimanches. Exceptionnellement, les agents inspecteurs ont prévenu les opérateurs économiques, qu’il y aura une grève de 3 jours, à compter du 11 juin 2018. Donc, les bouchers ont abattu près de 196 bovins, 120 ovins-caprins, au lieu de 60 à 70 bœufs et 30 à 40 caprins, pour faire face à un éventuel déficit de viande sur le marché les jours de grève », a-t-il informé. Par ailleurs, à Abidjan, les populations ont également pu s’approvisionner en viande.

Rappelons que le Collectif des fonctionnaires et agents du ministère des ressources animales et halieutiques (Cofamirah) a décidé de la fermeture des abattoirs et débarcadères, du lundi 11 juin à 7h au mercredi 13 juin à 17h. Le préavis de grève de trois jours renouvelables, qui a été déposé, annonçait la tenue d’un sit-in de ces travailleurs devant la Caistab, au Plateau, à l’abattoir de Port-Bouët, à la Direction de l’aquaculture et de la pêche (Dap) et à la Direction des services vétérinaires (Dsv) ainsi que dans les Directions régionales et départementales de ce ministère. Ce débrayage vise à paralyser toute l’administration des ressources animales et halieutiques sur le territoire, en empêchant, notamment toute délivrance d’autorisation préalable d’importation (Api) dans tous les domaines ainsi que les laissez-passer de transhumance dans les frontières et les 12 postes d’entrée, la suspension des inspections vétérinaires dans les abattoirs d’abattage et d’octroi d’agrément. Cofamirah entend dénoncer ainsi, la non application du décret instituant des primes d’incitation et des indemnités spécifiques de risques, de sujétion, de participation à la judicature et de logement en faveur des fonctionnaires et agents du ministère en charge des ressources animales et halieutiques.

 

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment